Mon espace santé.

Mon espace santé : près de 80% des médecins généralistes l'utilisent "systématiquement"

Alors que plus de 11 millions de Français ont déjà activé leur compte Mon espace santé, l’Agence du numérique en santé (ANS) dresse un premier bilan de son utilisation par les professionnels du secteur libéral. Ainsi, "77% des généralistes [confient] alimenter systématiquement le dossier médical de leur patientèle". 

30/04/2024 Par Mathilde Gendron
Mon espace santé.

Vendredi 26 avril, l’Agence du numérique en santé (ANS) a dressé le premier bilan de l’expérimentation de Mon espace santé. Si aujourd’hui l’outil est utilisé par plus de 11 millions de Français, qu’en est-il des professionnels de santé du secteur libéral ? Pour le savoir, l’ANS a analysé leurs retours d’expériences.
La majorité des professionnels libéraux estiment tout d’abord être convaincus par "les bénéfices apportés par Mon espace santé sur la qualité de la prise en charge" des patients. Ils soulignent cependant un "manque de temps" pour expliquer son intérêt aux patients. Ces derniers peuvent parfois avoir des "réactions réfractaires violentes", pointe l’ANS. "Il y a un devoir de sensibilisation, pour leur rappeler que c’est sécurisé, constate Nelsa Louro, responsable de mission à l’ANS. Il faut que les professionnels de santé aient les bons outils de langage."

Les médecins ont, en effet, noté que les patients étaient plutôt "réceptifs, une fois qu’ils avaient été informés", rapporte-t-elle, pointant en particulier les patients âgés. Plusieurs professionnels mentionnent également un manque de connaissances notamment sur "la démarche de qualification de l’identifiant national de santé (INS)", qui consiste à "vérifier la concordance entre l’identité numérique et le patient en face de soi". Ils recommandent pour cela "de promouvoir la formation aux usages du numérique en santé dans les formations médicales".

L’ANS a également analysé les réponses des professionnels de santé selon leur profession. Du côté des généralistes, "77% alimentent le dossier médical de leur patientèle systématiquement", en particulier les données relevant des vaccinations, des ordonnances et des comptes-rendus. L’ensemble de la profession reconnaît en revanche, le consulter occasionnellement, notamment pour les renouvellements d’ordonnance, pour les nouveaux patients… "Pour ceux qui ne consultent pas régulièrement, cela est lié à des problématiques techniques ou un manque de ressources. Il y a un temps d’appropriation qui doit se faire", estime Nelsa Louro.

 

Des problèmes techniques persistent
 

Les généralistes ont, en effet, mentionné des "lenteurs au niveau du téléservice INS intégré (INSi)", avec des "messages d’erreur". Ils déplorent aussi le fait que la messagerie de la plateforme "ne soit pas intégrée au logiciel métier", ainsi qu’une méconnaissance de cette fonctionnalité par les patients. Ils constatent également des "éléments [ajoutés au dossier des patients] qui ne sont pas toujours pertinents" de la part des professionnels des centres hospitaliers.

Pour une meilleure utilisation, la moitié des généralistes propose donc de déléguer certaines tâches au secrétariat comme les récupérations de données de suivi coordonné, de dépistage, de vaccination… "C’est un sujet en cours d’investigation", précise Nelsa Louro. Les médecins spécialistes semblent, eux, avoir davantage "le réflexe d’aller consulter le dossier médical et d’envoyer les comptes-rendus d’imagerie via les messageries", assure la responsable de mission. Chez les pharmaciens, 66% consultent les dossiers médicaux. Mais, ils déplorent une utilisation "chronophage", avec le "besoin de rescanner les ordonnances". Les infirmières constatent, elles, un "manque de contribution des professionnels de santé notamment au niveau des vaccins». Les sages-femmes appellent quant à elles à "fluidifier la navigation".

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

7 commentaires
Photo de profil de B M
4,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 2 mois
Du mal à le croire. Après, les logiciels nous contraignent à envoyer notre travail (à moins de connaitre les astuces pour préserver le secret médical et l'intimité du patient qui se confiera mieux), e...Lire plus
Photo de profil de Sophie Sugier
5,7 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 2 mois
Personne nous a demandé ce qu on en pensait , ni le patient . L'envoi est obligatoire pour les ordonnances de médicaments ,avec l' INS ,ont encore 5 minutes de travail non médical .avions nous beso...Lire plus
Photo de profil de Francoise Louis
1,3 k points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 2 mois
Jamais Un patient ingénieur en cybersecurite m'a expliqué que sa boîte l'avait hacké en 2 semaines!!! C'est plutôt que lessiviel médicaux ont augmenté fortement le nombre de clicks pour le contourne...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17