Municipales : Buzyn finalement candidate à Paris

17/02/2020 Par Louise Claereboudt
Après le retrait du candidat LREM Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn a annoncé ce dimanche 16 février qu'elle rejoignait la course à la mairie de Paris, quittant ainsi le ministère de la Santé.
 

"Quitter ce ministère est un déchirement", a confié Agnès Buzyn lors de la passation de pouvoir, lundi 17 février, les larmes aux yeux. La veille, la ministre des Solidarités et de la Santé avait annoncé son départ du Gouvernement pour mener la course à la mairie de Paris à la place de Benjamin Griveaux, touché par la diffusion d'images intimes. Et ce, un mois seulement avant les élections. Jusqu'ici, Agnès Buzyn martelait pourtant qu'elle ne s'embarquerait pas dans la bataille des municipales, même si elle n'avait jamais caché son envie d'y prendre part. En janvier, elle était d'ailleurs pressentie pour être tête de liste dans le 15ème arrondissement de la capitale. "Le projet de Benjamin Griveaux est un bon projet, il a énormément travaillé, il est légitime, il a des propositions très concrètes (...) Donc j'ai envie de rejoindre la campagne de Benjamin Griveaux", déclarait-elle le 26 janvier au "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro.

Toutefois, vendredi encore, elle assurait au micro de France Inter qu'elle ne pouvait pas être candidate, trop occupée par les dossiers en cours : la gestion de l'épidémie de coronavirus, la crise des urgences, les démissions massives de médecins hospitaliers, l'accroissement des déserts médicaux… La surprise était donc totale...

lorsqu'elle a annoncé qu'elle quittait le ministère. En poste depuis mai 2017, la ministre a assuré qu'elle s'engageait dans la campagne des municipales pour gagner : "Paris a besoin d'une ambition nouvelle." Lors de la passation, Agnès Buzyn a cependant tenu à rassurer les citoyens et les professionnels de santé. "Je me suis assurée que tout était en place", a-t-elle déclaré concernant la gestion de l'épidémie de coronavirus.  

"Un capitaine ne quitte pas le bateau dans la tempête" Sur les réseaux sociaux, les réactions ne se sont pas fait attendre, à commencer par celle de l'UFML. "La ministre de la Santé en charge des dossiers les plus importants du pays a donc fait le choix d'abandonner ses fonctions ministérielles pour privilégier l'intérêt de La République en Marche… Un(e) capitaine ne quitte pas le bateau dans la tempête", a dénoncé le syndicat.

De son côté, le Collectif Inter-Hôpitaux a indiqué que "le changement d'interlocuteur ne changeait en rien les revendications des personnels hospitaliers accompagnés des usagers et associations de patients". Ce dernier attend toujours des annonces fortes.

  Si l'heure n'était pas au bilan lors de la passation de pouvoir, nous vous invitons, vous professionnels de santé, à donner votre avis dans un article dédié, accessible ici, sur les actions menées pendant 2 ans et demi par Agnès Buzyn au ministère de la Santé. Avez-vous des regrets ? Des points de satisfaction ? La parole est à vous.  

 
Vignette
Vignette

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17