Ampoules de vitamine D

Ampoules de vitamine D

Vitamine D : le CNGE préconise de nouvelles modalités de supplémentation chez les enfants

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) recommande de maintenir la supplémentation en vitamine D uniquement avant 1 an et en cas d’allaitement et de facteurs de risque. 

02/04/2024 Par M. A.
Pédiatrie
Ampoules de vitamine D

Ampoules de vitamine D

Pour arriver à ces conclusions, le CNGE a examiné la littérature concernant la balance bénéfices/risques de cette supplémentation chez les nourrissons et les enfants/adolescents. Et au vu de cette analyse, il considère qu’il faut maintenir la supplémentation systématique en vitamine D des nourrissons en particulier avant l’âge de 1 an, en cas d’allaitement maternel, ou en présence de facteurs de risque de carence. Et ce, même si le bénéfice n’est pas clairement démontré.  En revanche, "pour les autres situations cliniques, les données actuelles ne permettent pas de conclure à une balance bénéfice/risque favorable de la supplémentation en vitamine D", affirme le Conseil scientifique du Collège dans un communiqué. Cet avis va à l’encontre des recommandations actuelles (Association française de pédiatrie ambulatoire, Afpa, mars 2022) qui prévoient une supplémentation systématique des jeunes de 0 à 18 ans, avec des doses de 400 UI à 800 UI/j, en fonction de l’âge et des facteurs de risque.

Cette préconisation repose d’abord sur le fait que le rachitisme est devenu une maladie rarissime (incidence de 3 pour 100 000 enfants), dont l’incidence a baissé avec la supplémentation des laits artificiels. Ensuite, les études n’ont globalement pas fait la preuve de l’intérêt de supplémenter les nourrissons, les enfants, et les adolescents. En particulier, chez les bébés de moins de 1 an, les études attestent qu’une supplémentation de 400 UI/j apparait suffisante pour atteindre des concentrations de vitamine D sérique considérées comme "normales". En revanche, les posologies supérieures n’ont pas montré d’effet, et entrainaient un risque de surdosage. Pour cette catégorie d’âge, une revue de la littérature de 2020 (Tan ML, et al. Cochrane Database Syst Rev 2020;12:CD013046.) a conclu qu’en l’absence de facteurs de risque de rachitisme, le niveau de preuve était insuffisant pour conclure à une efficacité clinique de la supplémentation en vitamine D sur la santé osseuse. 

Chez les enfants de 1 à 13 ans, et chez les adolescents, les résultats concernant les bénéfices osseux de la supplémentation en vitamine D étaient soit peu fiables, soit négatifs, soit discordants. 

En outre, concernant d’éventuels bénéfices extra-osseux, seules quelques données ont suggéré une légère réduction de la sévérité de la dermatite atopique et de la rhinite allergique sans influence sur le contrôle ou la sévérité de l’asthme dans l’enfance. Au final, "l’indication de supplémentation en vitamine D s’est construite sur une observation épidémiologique historique de la réduction de l’incidence du rachitisme", résume le CNGE. Cependant, il considère "raisonnable de maintenir une supplémentation systématique de 400 à 800 UI/jour chez les nourrissons en particulier avant l’âge de 1 an, en cas d’allaitement maternel, ou en présence de facteurs de risque de carence, même si le bénéfice clinique individuel est actuellement impossible à démontrer tant l’incidence du rachitisme est faible". En revanche, le CNGE considère que pour toutes les autres situations, les études ne sont pas assez fiables pour pouvoir conclure à un intérêt de la supplémentation en vitamine D.

 

Références :

Avis du Conseil scientifique du Collège national des généralistes enseignants (CNGE, 29 mars)

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

Dominique Le Meitour

Dominique Le Meitour

Non

Revaloriser les actes infirmiers seraient déjà la première reconnaissance pour la profession. Le glissement de tâches médicale à m... Lire plus

11 commentaires
2 débatteurs en ligne2 en ligne
Photo de profil de Alexis Bourla
82 points
Psychiatrie
il y a 14 jours
Etonnant. Alors qu'on sait les conséquences négatives d'une insuffisance en vitamine D ... quel que soit l'âge. La vitamine D est indispensable au bon développement cérébral (pas uniquement des os). D...Lire plus
Photo de profil de Richard Guillemain
14 points
Médecins (CNOM)
il y a 10 jours
Ce qui est dommage c'est de publier des nouvelles recommandations seulement 2 ans après les dernières sur le même thème et à l'opposé de celles de 2022 . Je suggère donc au CNGE de proposer de nouvell...Lire plus
Photo de profil de Gérard NoËt
1,1 k points
Débatteur Passionné
Pharmaciens (CNOP)
il y a 10 jours
Deux critiques : 1. Cette étude ne prends en compte que l effet de la vitamine D sur le métabolisme phosphocalcique. Quid des autres métabolismes ? La vitamine D est un co enzyme qui agit sur de nomb...Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9