Dépression femme enceinte

Le suicide - avec d'autres causes psychiatriques – est devenu la première cause de cette mortalité maternelle

Mortalité maternelle : le suicide devient la première cause en France

Les morts maternelles existent toujours en France, même si elles sont rares. Mais, pour la première fois, la cause la plus fréquente en est le suicide. C’est ce qui ressort d’une étude publiée mercredi 3 avril par l'Inserm et Santé publique France, basée sur une surveillance par des gynécologues-obstétriciens, anesthésistes-réanimateurs, sages-femmes et épidémiologistes.

03/04/2024 Par Dre Marielle Ammouche
Psychiatrie Santé publique
Vignette
Dépression femme enceinte

Le suicide - avec d'autres causes psychiatriques – est devenu la première cause de cette mortalité maternelle

Ainsi, entre 2016 et 2018, 272 morts maternelles (période entre la conception jusqu'à un an après la fin de la grossesse) ont été recensées, - soit environ 90 décès annuels. L’incidence (11,8 décès pour 100 000 naissances vivantes) se situe dans la moyenne européenne, et n'a pas évolué par rapport aux enquêtes précédentes. 

Mais, cette fois, le suicide - avec d'autres causes psychiatriques – est devenu la première cause de cette mortalité maternelle, représentant 17% des décès, contre 14% pour les maladies cardiovasculaires. "C'était la deuxième cause, ça devient la première : ce n'est pas une modification de tendance radicale mais une confirmation accrue du poids des suicides", a déclaré à l'AFP Catherine-Deneux Tharaux, directrice de recherche à l'Inserm.

Sur les seuls 42 jours après la fin de la grossesse - période de référence pour les comparaisons internationales-, 197 décès sont survenus entre 2016 et 2018, causés d'abord par des maladies cardiovasculaires. "Les deux premières causes de morts maternelles, suicides et maladies cardiovasculaires, sont extra-obstétricales, et leurs niveaux absolus augmentent un petit peu", note la spécialiste d'épidémiologie périnatale, invitant à "considérer la santé des femmes globalement". 

Depuis une dizaine d'années, les hémorragies obstétricales ne sont plus prépondérantes, "une bonne nouvelle", dit-elle. Réduite de moitié en 15 ans, la mortalité due à ces saignements excessifs pendant l'accouchement ou dans les 24 heures suivant stagne désormais, dans le haut de la fourchette des pays européens. Au-delà de 2018, "la mortalité maternelle va augmenter à cause de la pandémie de Covid, notamment car les femmes enceintes étaient plus à risque de formes graves", selon Catherine-Deneux Tharaux.

Importance des disparités géographiques et sociodémographiques

Pour ces décès, de fortes inégalités, territoriales et socio-démographiques, persistent. Le risque est ainsi multiplié par deux en Outre-mer, comparé à la métropole - l'écart était supérieur auparavant. Pour les femmes migrantes, la mortalité est en moyenne deux fois celle des natives de France. Et les femmes socialement vulnérables sont 1,5 fois plus représentées parmi les décès maternels. L'âge augmente aussi le risque, "de façon marquée" après 35 ans. L'obésité également, avec deux fois plus de morts maternelles chez des femmes obèses.

"Une amélioration est possible, car plus de la moitié des décès maternels sont considérés comme probablement ou possiblement évitables, et, dans deux tiers des cas, les soins dispensés n'ont pas été optimaux", souligne l'étude.

Renforcer la prévention via une meilleure information 

La prévention, le dépistage, une prise en charge coordonnée et multidisciplinaire restent recommandés, déclinés en 30 messages-clefs. Pour éviter des suicides, "les facteurs de risque, personnels et familiaux, de dépression périnatale doivent être connus des professionnels [...] et recherchés tout au long du suivi de la grossesse et du post-partum", soulignent les experts.

Outre l'implication de tous les soignants pour dépister des symptômes de troubles mentaux jusque dans l'année suivant l'accouchement, ils recommandent l'information des femmes enceintes, de leur entourage et du grand public sur la dépression périnatale.

La dépression post-partum reste encore souvent taboue : "Des femmes ressentent encore une forte culpabilité à éprouver de la tristesse, un manque de plaisir avec leur enfant, un sentiment de n'être pas une bonne mère, mais verbalisent peu", souligne la chercheuse.

Dans le monde, une femme meurt toutes les deux minutes de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement (jusqu'à 42 jours après), d'après des estimations, en 2023, d'organismes des Nations unies. Il y a eu environ 287 000 décès maternels en 2020, principalement dans les régions les plus pauvres et celles touchées par des conflits. Principales causes: les hémorragies graves, l'hypertension artérielle, les infections liées à la grossesse, les complications d'avortements à risque, les affections susceptibles d'être aggravées par la grossesse (sida, paludisme...).

Références :

AFP

Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
14 débatteurs en ligne14 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17