Médecins, ils accusent la plateforme Doctolib d'héberger des charlatans

22/08/2022 Par Aveline Marques
Plusieurs médecins sur Twitter ont dénoncé la possibilité de prendre rendez-vous sur Doctolib avec des adeptes de thérapies non conventionnelles. Certaines, comme l'iridologie ou le reiki, sont dans le collimateur de la mission de lutte contre les dérives sectaires. 

 

L'alerte a été lancée la semaine dernière par un médecin réanimateur sur Twitter. "Bonjour @doctolib. Je découvre en tapant par hasard que vous proposez des consultations... de naturopathie. C'est comme si Blablacar avait ouvert une rubrique Emile Louis. Vous voulez exterminer les gens? Vous vous rendez compte que votre sceau les valide?"  

Dans la foulée, de nombreux médecins mobilisés contre les "fake med" ont dénoncé la présence d'adeptes de thérapies non conventionnelles désormais bien connues telles que la naturopathie, la sophrologie ou l'hypnose, mais aussi de pratiques plus marginales, régulièrement épinglées par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) : l'iridologie (diagnostic de l'iris), le reiki (guérison par apposition des mains), la kinésiologie (identification des blocages du corps puis autoguérison), ou encore le décodage biologique (identification des conflits enfouis dans l'histoire familiale du patient)…  

 

Une image contenant texteDescription générée automatiquement
[capture d'une fiche de présentation d'une kinésiologue sur Doctolib] 

 

Une image contenant texteDescription générée automatiquement
[Capture d'une fiche présentation d'une naturopathe sur Doctolib] 

 

Certains de ces thérapeutes revendiquent avoir suivi la formation en "hygiénisme" du très controversé Thierry Casasnovas, antivax notoire, ou encore d'Irène Grosjean, célèbre naturopathe, dont les méthodes sont particulièrement décriées. Pour les lanceurs d'alerte, le "bain de siège à friction" qu'elle préconise en cas de fièvre chez les nourrissons n'est ni plus ni moins qu'une agression sexuelle sur mineurs.

Une image contenant texteDescription générée automatiquement
[Capture d'une fiche de présentation d'une naturopathe sur Doctolib] 

Accusée d'entretenir "une confusion" potentiellement délétère entre professionnels de santé et charlatans, la plateforme de prise de rendez-vous a répondu dimanche 21 août à ses détracteurs dans un thread dédié "97% des praticiens utilisateurs de Doctolib sont référencés auprès du ministère de la Santé", précise ainsi la société.  

Il s'agit de professions de santé réglementées mais aussi de professions "à usage de titre", qui disposent d'un numéro Adeli : ostéopathes, chiropracteurs, psychologues et psychothérapeutes. Les 3% de praticiens restant, qui "exercent dans le domaine du bien-être et du médico-social", sont essentiellement constitués de naturopathes, de psychanalystes, de sophrologues et d'hypnothérapeutes, précise la plateforme à Egora. "L’information sur le profil de ces praticiens est claire : il est mentionné plusieurs fois 'Ce praticien exerce une profession non réglementée' puis 'Leur diplôme n’est pas reconnu par l’Etat'", défend Doctolib sur Twitter. 

Les rendez-vous pris avec ces pseudo-thérapeutes constituent 0.3% des rendez-vous pris sur la plateforme. "Il est impossible pour un patient de prendre un rdv sur Doctolib chez un praticien non référencé par le ministère de la Santé sans avoir expressément cherché à le faire, insiste la plateforme. Concrètement, ces praticiens ne sont proposés qu’aux patients qui ont entré dans la barre de recherche de Doctolib le nom de cette pratique ou le nom d’un praticien." 

Interpellé sur sa procédure de vérification à l'inscription, Doctolib indique à Egora disposer d'une "équipe chargée de vérifier l’identité du praticien et du fait qu’il dispose du droit d’exercice de sa pratique". A posteriori, la société a également "une équipe chargée de la vérification des fiches de présentation des praticiens". Problème : ces derniers peuvent les "modifier à tout moment". "Nous faisons notre possible pour corriger toutes éventuelles inexactitudes ou publicités mensongères, pour lutter contre toutes pratiques illégales de manière proactive ou lorsque nous sommes alertés par des patients ou les autorités compétentes", assure Doctolib, qui indique qu'elle examinera tous les signalements sur Twitter. Dans la journée de lundi, la plateforme a d'ores et déjà annoncé avoir suspendu la prise de rendez-vous sur les profils de naturopathes revendiquant les méthodes d'Irène Grosjean, "afin d'effectuer des vérifications".

Loin de se satisfaire de ces réponses, plusieurs médecins réclament la fermeture pur et simple de l'accès à la plateforme à toutes les thérapies non conventionnelles. 

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
3 débatteurs en ligne3 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17