Une année obligatoire dans un désert pour les jeunes médecins thésés : la proposition choc du candidat Philippe Juvin

28/10/2021 Par P.M.
Remédier à la difficulté d’accès aux soins, en particulier dans certains territoires, est un des enjeux de la présidentielle à venir. Le chef des urgences de l’hôpital Pompidou, candidat à la primaire de la droite, suggère lui que les jeunes médecins soient obligés d'exercer un an en zones sous-dotées.

  Comment résoudre l’épineuse question des déserts médicaux ? Pour le Pr Philippe Juvin, candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle 2022 et chef des urgences à l’hôpital Pompidou, la solution est toute trouvée : “Je lutterai contre les déserts médicaux en exigeant des jeunes généralistes qui finissent leurs études de médecine de s'installer pendant un an dans les zones où on a besoin d'eux”, a-t-il déclaré sur LCI ce jeudi 28 octobre.  “On l'a fait pour les spécialistes en leur demandant de faire un an supplémentaire dans les hôpitaux. Moi je le ferais pour les médecins généralistes pendant un an, obligatoire". Et il va plus loin : “Je demanderais que ce soit fait en en priorité dans les maisons de santé pluridisciplinaires” (MSP), lance celui qui est aussi maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Il fait le calcul : “Il y a 3 600 médecins qui sortent chaque année des universités et environ 1 800 maisons de santé [...] Avec ma proposition, je suis capable d'assurer à chacune des MSP partout en France deux médecins supplémentaires”. "Au bout d'un an, ils seront libres d'aller où ils veulent", poursuit-il, réfutant le fait de remettre en cause la liberté d'installation. "Les études de médecine sont payées par l'Etat, ça me paraît quelque chose de tout à fait raisonnable", estime le chef des urgences de l'hôpital Pompidou.  Interrogé sur les fermetures de lit à l'hôpital, le Pr Philippe Juvin a répondu en soulevant que, si les postes existent, ils ne sont pas pourvus, "faute de formation des individus". "Nous n'avons pas formé suffisamment de professionnels", affirme-t-il, s'engageant à "ouvrir les capacités de formation".  "Nous devons former probablement le double d'infirmières, d'aides-soignants et de médecins", estime-t-il. 

  [Avec Le Figaro, LCI]

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

Philippe S.

Philippe S.

Non

A quand la reconnaissance des médecins ?? Si vous décidez de payer les actes infirmiers correctement nul besoin d'inventer de nou... Lire plus

0 commentaire
12 débatteurs en ligne12 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9