Caviar, Jaguar et emplois fictifs : la direction d'un groupe de centres de santé dans le collimateur

20/04/2023 Par Aveline Marques
Faits divers / Justice
Les représentants du personnel du Cosem, association gérant une quinzaine de centres de santé, dénoncent des malversations financières de la part de l'équipe dirigeante. Les élus du CSE et la CPAM ont effectué un signalement au parquet national financier, révèlent France info et l'AFP. 

 

Tout est parti d'une demande d'augmentation, fin 2022. Alors que les représentants du personnel de la Coordination des œuvres sociales et médicales (Cosem), association à but non lucratif gérant une quinzaine de centres de santé (2 millions de consultations médicales et dentaires par an, 700 praticiens) sollicitent un geste pour compenser l'inflation, la direction leur oppose un refus, arguant d'"importants soucis financiers". Interpellés par les nombreux travaux pourtant réalisés dans les centres, les élus du CSE demandent à consulter les comptes annuels. Et là, surprise, les élus découvrent d'étonnantes notes de frais, s'élevant pour la femme du directeur, "directrice esthétique et communication", à près de 95 000 euros pour la seule année 2021 : 625 euros de caviar, 14 638 euros d'additions au restaurant, 1  397 euros pour un séjour au palace niçois Le Negresco… Au total pour 3 personnes, les frais s'élèvent à plus de 285 000 euros. 

Les élus du CSE découvrent également qu'une Jaguar avait été achetée par le directeur avec les fonds de l'association, alors qu'elle servirait principalement à son épouse pour ses trajets personnels. Ils soupçonnent d'ailleurs son emploi d'être fictif, tout comme celui de sa belle-fille, responsable de la communication. Ils accusent également le directeur et ses deux fils d'avoir racheté à la Cosem la société Eden, qui détient tous les actifs immobiliers, pour un montant de 26 millions d'euros… qu'ils ne devront verser que dans dix ans. 

Les représentants du personnel ont effectué un signalement au parquet national financier en début de semaine. Pour l'avocat des élus du CSE, Me Jérôme Karsenti, ces faits peuvent être qualifiés d'abus de confiance, de prise illégale d'intérêt, d'escroquerie à la Sécurité sociale et de harcèlement moral. 

Après avoir été alertée d'une suspicion de fraude, la CPAM a également signalé les faits à la justice. Aucune plainte n'a été déposée pour l'instant car "il n'y a pas de préjudice financier identifié à ce stade pour l'Assurance maladie", selon l'organisme. Néanmoins, "des investigations sur les remboursements effectués (...) aux centres Cosem sont en cours" et des "actions juridiques appropriées" pourraient être engagées selon l'issue des enquêtes interne et judiciaire. 

[avec France info et AFP] 

 

 
Vignette
Vignette

SAS : accepterez-vous de partager votre agenda ?

Pierre Nevians

Pierre Nevians

Non

A tout problème complexe, il y a une solution simple .... et fausse. Il faut cesser de voir la médecine libérale comme une rustin... Lire plus

0 commentaire
6 débatteurs en ligne6 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17