Syndrome post-réanimation : des recommandations de la HAS pour prévenir et prendre en charge

16/06/2023 Par Marielle Ammouche
Anesthésie-Réanimation
Le Covid l’a mis au-devant de la scène : le syndrome post-réanimation (Post intensive Care Syndrome ou Pics) est un ensemble de manifestations physiques, psychologiques ou cognitifs qui peuvent survenir après une hospitalisation en réanimation – voire à distance. Il constitue un vrai problème car il peut perdurer longtemps, parfois des années, et avoir des conséquences sur la vie quotidienne, l’autonomie, et la réintégration socio-professionnelle des patients. C’est pourquoi, la Haute Autorité de santé (HAS) a publié des recommandations pour améliorer le dépistage et la prise en charge des patients. Elle recommande notamment de mettre en place un repérage des facteurs de risque à l'admission du patient en réanimation et une évaluation clinique avant la sortie, répétée entre trois et six mois après le passage en réanimation.

  Ce syndrome Pics est fréquent. Ainsi, selon la HAS, 40% des personnes sortant de soins intensif présentent des symptômes physiques à type de troubles musculaires, neurologiques, atteintes ostéoarticulaires, cutanées .... 20 à 35%, des séquelles psychologiques ou psychiatriques principalement des troubles anxieux, dépressifs ou post-traumatiques. Enfin 20 à 50% des patients rapportent des atteintes cognitives comme des pertes de mémoire, de fluidité verbale, d'attention … Avec des conséquences majeures sur la vie quotidienne et socio-professionnelle : 30 à 45% des patients n’ont pas repris leur activité professionnelle, 2 mois après leur sortie de réanimation. Pour améliorer la prise en charge préventive et curative, la HAS insiste tout d’abord sur la nécessité de repérer des facteurs de risque. Ces facteurs sont propres au patient (âge, comorbidités) ou liés au passage en réanimation (motif d'admission, durée du séjour, durée de ventilation mécanique, présence d'un épisode de delirium, etc.). Ainsi, la prévention et le traitement du delirium permettent de réduire les conséquences des troubles cognitifs post-réanimation. Il s’agit aussi de prévenir le Pics Family (symptômes, plus souvent psychologiques, développés par les proches), par l’information et la communication, et une plus grande place des proches au sein du service. La surveillance du patient doit être structurée et répétée dans le temps, et accentuée chez les malades à risque. Le suivi commence avant la sortie de réanimation, et se poursuit dans les trois à six mois suivant leur retour à domicile. Il doit être pluriprofessionnel (psychologues, psychiatres, kinésithérapeutes, spécialistes d'organe, orthophonistes ou encore médecins généralistes...), et adapté à la gravité des symptômes. "Cette prise en charge est coordonnée et personnalisée, en vue de favoriser le retour à l'état d'autonomie des patients et leur réintégration socio-professionnelle", souligne la HAS.
L’Autorité sanitaire recommande la transmission systématique du courrier de sortie au médecin traitant et tout autre professionnel de santé, assurant ainsi la continuité de la prise, ainsi que l'utilisation d'un journal de bord.

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

André  Do

André Do

Non

Répondez à la question : pourquoi faire 10 ans d’études puisque les IDE pourraient prescrire, examiner, diagnostiquer en 3 ans(5 p... Lire plus

0 commentaire
18 débatteurs en ligne18 en ligne





La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9