Nouvelle recommandation HAS pour les infections urinaires féminines : favoriser les antibiogrammes ciblés

13/10/2023 Par Marielle Ammouche
Infectiologie
La Haute Autorité de santé (HAS) vient de publier une nouvelle recommandation de bonne pratique visant à améliorer la prise en charge des infections urinaires à entérobactéries chez les femmes.

  Rédigée par la Société française de microbiologie (SFM) et la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), et labellisée par la HAS, cette recommandation a pour objectif de favoriser les antibiogrammes ciblés, pour lutter contre l’antibiorésistance. En effet, en France, les bactéries résistantes touchent chaque année environ 125 000 personnes et entraînent 5 500 décès. Or, les infections urinaires figurent parmi les principales causes de prescription d'antibiotiques, parfois à mauvais escient. L’antibiogramme ciblé consiste, pour le praticien, à préciser au laboratoire qui pratiquera l’ECBU, des informations cliniques concernant le patient pour adapter le rendu des résultats des antibiogrammes et la liste des antibiotiques recommandés. Il s’agit de favoriser l'utilisation d'antibiotiques à spectre étroit et de réduire celles d’antibiotiques dits "critiques". "Ce rendu peut être élargi en fonction de la gravité des cas traités ou de l'épidémiologie locale", précise la HAS. Et l’antibiogramme ciblé concerne le rendu des antibiotiques et non pas la liste des antibiotiques testés. Par conséquent, l’antibiogramme complet peut être fourni sur simple demande au laboratoire. En cas d’ECBU positif aux entérobactéries, les recommandations proposent trois tableaux décisionnels selon le phénotype du patient : en l’absence de renseignements cliniques, en cas de cystite ou en cas de pyélonéphrite. Elles précisent, pour chaque cas, quels antibiotiques doivent figurer dans le compte-rendu de l’antibiogramme ciblé, et lesquels sont associés à une résistance de la bactérie. Les recommandations rappellent, enfin, que tous les cas d'infections urinaires ne nécessitent pas de traitement antibiotique (colonisation bactérienne sans symptômes), et que le traitement de la cystite simple repose sur une antibiothérapie probabiliste (pas d’ECBU).

Vignette
Vignette
16 commentaires
33 débatteurs en ligne33 en ligne
Photo de profil de Alain Joseph
1,5 k points
Débatteur Renommé
Médecine générale
il y a 7 mois
Les infections urinaires chroniques chez la femme sont des infections liées au terrain une fois éliminé une cause organique. L'antibiothérapie ne va rien régler sur le long terme. Il faut s'orienter v...Lire plus
Photo de profil de Christiane Kouji
3,5 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 7 mois
On commence déjà par un non sens: les cystites compliquées commencent toujours par des cystites simples, donc si on ne fait pas de cbu, pas d’antibiogramme ! Et comme le dit mon confrère, bonne chan...Lire plus
Photo de profil de Eric Bernard
1,3 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 7 mois
de toutes façons ça ne concerne plus les médecins, on va laisser cette recommandation aux pharmaciens, bonne chance !...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17