Mortalité infantile dans le monde : les progrès ont considérablement ralenti

11/01/2023 Par Marielle Ammouche
Santé publique

 

Deux rapports de l’organisation des Nations Unis (ONU), rendus publiques le 10 janvier, soulignent l’ampleur de la mortalité infantile. Ainsi, en 2021, on estime que 5 millions d'enfants sont morts avant leur cinquième anniversaire, auxquels s’ajoutent les décès de 2,1 millions d'autres enfants et jeunes âgés de 5 à 24 ans, selon le Groupe interinstitutions des Nations unies pour l'estimation de la mortalité infantile (IGME). L’autre rapport de ce groupe porte sur la mortinatalité dans le monde. Il montre qu’1,9 million de bébés sont mort-nés au cours de la même année. 


Certes, il y a eu une diminution des décès à tous les âges dans le monde depuis 2000 : de 50 % chez les moins de 5 ans, de 36% chez les enfants plus âgés et les jeunes, et de 35% chez les nouveaux-nés. Cependant, « les progrès se sont considérablement réduits depuis 2010, au point que 54 pays ne parviendront pas à atteindre la cible des Objectifs de développement durable en matière de mortalité des enfants de moins de cinq ans » affirme l’Unicef, dans un communiqué accompagnant la sortie de ces rapports. En conséquence, près de 59 millions d'enfants et de jeunes pourraient mourir avant 2030, ainsi que près de 16 millions de bébés, avertissent les auteurs. « Il est tout à fait injuste que les chances de survie d'un enfant puissent être déterminées uniquement par son lieu de naissance, tout comme il existe de si grandes inégalités dans l'accès aux services de santé qui peuvent lui sauver la vie », a souligné le Dr Anshu Banerjee, directeur de la santé de la mère, du nouveau-né, de l'enfant et de l'adolescent et du vieillissement à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud sont particulièrement concernées par cette mortalité avec, respectivement, 56 % et 26% de tous les décès d'enfants de moins de cinq ans en 2021 ; ainsi que 77 % de l'ensemble des mortinaissances pour ces 2 régions.
Les causes de cette mortalité infantile sont principalement, les naissances prématurées et les complications pendant le travail pour la mortinatalité ; puis les infections (pneumonie, diarrhée, paludisme), pour les bébés et enfants plus âgés. 
Le Covid, ne semble pas avoir eu un impact direct du fait que l’infection est généralement moins sévère chez les enfants que chez les adultes. En revanche, ses conséquences indirectes pourraient être majeures, en lien avec les perturbations des campagnes de vaccination, des services de nutrition et de l'accès aux soins de santé primaires. 
« Des progrès sont possibles avec une volonté politique plus forte et des investissements ciblés dans un accès équitable aux soins de santé primaires pour chaque femme et chaque enfant » a déclaré Vidhya Ganesh, directrice de la Division de l'analyse des données, de la planification et du suivi à l'Unicef.    

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire
2 débatteurs en ligne2 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17