PUB

Vous êtes ici

A+ A-

La dialyse, business plus juteux que la greffe pour les médecins ? Les néphrologues libéraux portent plainte contre Cash Investigation

abonde, questionnant l’éthique de sa pratique : "Ce n’est pas possible de passer 25 minutes avec chaque patient." 

 

En cinq ans, "34 néphrologues libéraux seulement ont été contrôlés sur 500", soulève néanmoins Elise Lucet, qui tient cette information de l’Assurance maladie. "Des consultations qui sont facturées et payées par la collectivité alors qu’elles ne sont pas rendues, c’est de l’escroquerie", dénonce sur le plateau la présidente de l’association de patients atteints de maladies rénales Renaloo, Nathalie Mesny, qui appelle à "renverser le système" et à "privilégier la greffe par rapport à la dialyse". 

La dialyse est pourtant le "traitement qui coûte le plus cher aux contribuables (62.000 euros par an par patient)" soit "3,3 milliards d’euros d’argent public dépensés", est-il rapporté. En parallèle, les greffes (moins chères pour l’Etat) restent "minoritaires". "Vous vous dites peut-être que c’est parce qu’il y a une pénurie de greffon ?" questionne la voix-off, qui s’empresse de répondre que "le nombre de greffes de reins en France stagne : autour de 3000 par an". 

A en croire le reportage, certains praticiens pourraient pourtant proposer la greffe à des patients mais ne le font pas, provoquant ainsi des discriminations entre les insuffisants rénaux. Ils préféreraient, selon Cash Investigation, un système bien plus lucratif : la dialyse.  

 

"Une accusation grave" 

Dans un communiqué, ce vendredi, le Syndicat des néphrologues libéraux dénonce fermement un reportage "à charge". "Le reportage met en scène en caméra cachée un individu présenté comme un néphrologue expert qui démontre la supercherie en pratiquant le spectacle d’une médecine bâclée, non conforme aux recommandations de bonne pratique. Ce néphrologue probablement peu expérimenté ne pratiquait d’ailleurs pas son métier comme titulaire dans le service ou il se présente", écrit-il. 

Il dénonce des accusations d’escroquerie ("l’acte d’une valeur de 40 euros présenté dans le reportage n’est absolument pas celui d’une consultation même de 25 minutes mais d’"une surveillance d’une séance de dialyse") et les accusations de refus de greffe. Il annonce avoir porté plainte pour diffamation publique, et avoir fait valoir son droit de réponse. "Il est affirmé que nous gardons en dialyse les patients au lieu de les greffer pour des raisons financières. C’est une accusation grave", déclare l’organisation, qui justifie la stagnation du nombre de greffe à la "pénurie de greffon" et "aux difficultés de disposer d’un donneur vivant". 

"Le travail du néphrologue et de l’équipe soignante est de maintenir la qualité du traitement de dialyse, la qualité de vie du malade, l’éducation et l’éviction des facteurs de risque jusqu’à la transplantation. Nos rapports avec les équipes de transplantation sont excellents, les échanges fréquents pour augmenter le nombre de transplantations", assure le syndicat, qui regrette que ce documentaire desserve "la cause qu’il croit défendre en altérant la confiance des patients, des équipes soignantes, du public". 

"Fin 2019, dans la réforme du parcours de la maladie rénale chronique, tous les établissements se sont engagés à mesurer, dès 2022, les résultats de l’inscription à la greffe des patients suivis. Il se sont aussi engagés à ce que la qualité soit prise en compte dans les financements. La priorité doit bien évidemment être donnée à la greffe quand elle est possible, nous en sommes convaincus. Mais, il est primordial de rappeler que l’une des principales raisons de la difficulté d’accès à la greffe est le manque de greffons", abonde REINOMED, qui regroupe les représentants de 24 établissements de santé privés non lucratifs spécialisés dans la prévention, l’accompagnement et le traitement des maladies rénales chroniques, dans un communiqué. 

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…