PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Buzz autour d'un généraliste non vacciné contre le Covid, convoqué par l'Ordre "pour avoir soigné un patient"

Un médecin généraliste suspendu, car non vacciné contre le Covid, s'est insurgé sur les réseaux sociaux d'être convoqué par l'Ordre pour avoir soigné un patient en difficulté. Il s'est filmé pour se justifier et dénoncer les poursuites de l'instance ordinale. En y regardant de plus près, les faits sont beaucoup plus nuancés qu'il ne l'explique… 

 

L'affaire fait grand bruit sur les réseaux sociaux. Le 26 avril dernier, le Dr Grégory Pamart a tweeté : "Médecin, suspendu. Je suis attaqué par l'Ordre pour avoir soigné gratuitement un patient atteint de la Covid que son médecin refusait de soigner." Partagé près de 20.000 fois, le tweet du généraliste dans lequel il se filme pour dénoncer son histoire mérite un petit décryptage. 

Rappelons déjà que le Dr Pamart, installé dans le Nord, a été suspendu par le Conseil de l'Ordre pour avoir refusé de se vacciner contre le Covid. Il a donc fermé en fin d'année dernière son cabinet de Jenlain.  

D'après le généraliste, les faits remontent à mi-décembre lorsqu'il reçoit "l'appel d'une amie infirmière", dont l'un des patients, "fragile, a la Covid depuis 8 jours. Il est mal en point, essoufflé. Il n'a plus confiance dans les hôpitaux, son médecin est passé et lui dit qu'il lui fallait de l’oxygène, mais qu'il ne lui donnerait pas parce que c'est trop de paperasse", et le malade "refuse d'aller aux urgences". 

Grégory Pamart prend sa voiture et roule 45 minutes pour aller voir le patient. "Tout se passe correctement", et le malade accepte même, "3 jours plus tard", de "se rendre à l’hôpital", relaie le généraliste dans sa vidéo. 

L'affaire aurait pu s'arrêter là, mais un "signalement anonyme" est envoyé à l'Ordre, avec l'ordonnance du praticien. Grégory Pamart est convoqué devant la chambre disciplinaire du Conseil départemental de l'Ordre des médecins du Nord. "J'ai soigné un homme que son médecin refusait de soigner. J'ai rendu à cet homme confiance dans le système médical. Mon action lui a peut-être sauvé la vie... Et on me le compte comme une faute !", s'insurge le Dr Pamart qui explique avoir porté "assistance à une personne en danger". 

"Si vous portez assistance à une personne qui s'effondre devant vous dans la rue, jamais l'Ordre n'ira vous poursuivre", précise le CDOM à TF1 Info, "c'est un réflexe normal si la personne se trouve en urgence vitale". "Si une personne se trouve en urgence vitale, le réflexe à adopter est de composer le 15, pas de faire 45 minutes de route", ajoute l'instance ordinale. D'autant que le fait que le patient n'ait pas eu besoin dans l'immédiat d'une prise en charge supplémentaire confirme l'absence de nécessité absolue d'une telle intervention. 

Il est aussi reproché au médecin généraliste d'être "allé à l'encontre du Code de déontologie médicale, en prenant pour argent comptant ce que lui avait dit le patient", notamment le refus de mise sous oxygène pour cause de "paperasse" et de l'avoir relayé publiquement.  

Enfin, les prescriptions du généraliste suspendu posent également un problème. "Sur l'ordonnance, figurent des thérapeutiques non reconnues", indique-t-on à TFI Info. "Des prescriptions non éprouvées et non-conformes aux données acquises de la science"… 

[Avec tf1info.fr

32 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…