Journées européennes de la SFC : repérer les fibrillations atriales asymptomatiques | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Journées européennes de la SFC : repérer les fibrillations atriales asymptomatiques

Des études viennent de confirmer l’intérêt d’un repérage précoce ainsi que les effets bénéfiques d’un traitement par ablation ou par occlusion de l’auricule gauche.

L’intérêt actuel accru pour les fibrillations atriales (FA) asymptomatiques est justifié par les données épidémiologiques. "30% des AVC ischémiques (85 % des AVC) sont en effet en rapport avec une FA. Et, la survenue de cet événement cérébrovasculaire est inaugural, dans 25 à 40 % des FA", a rappelé le Dr Jean-Marc Sellal (Hôpitaux Brabois de Nancy).

La nouveauté est que, comme l’a précisé le Pr Eloi Marijon (Hôpital européen Georges Pompidou, Paris), on dispose aujourd’hui de nombreux dispositifs non invasifs d’enregistrement du rythme cardiaque (patchs, holters sous-cutanés) pour repérer ces FA asymptomatiques. Récemment, une étude prospective entreprise chez plus de 400 patients a d’ailleurs montré que l’enregistreur sous-cutané miniaturisé Reveal Linq peut être mis en place (sous anesthésie locale), dans les mêmes conditions de sécurité, en cabinet cardiologique de ville ou à l’hôpital, le taux d’événements secondaires étant faible et de l’ordre de 2,5 % à 4,4 % (1). L’étude prospective Reveal-AF (2), ayant inclus 446 patients porteurs de FA avec un score de risque embolique CHADS2 égal ou supérieur à 2, a détecté la présence d’un épisode de FA durant 6 minutes ou plus chez 29,3 % de ces malades sur une période de 18 mois, "ce qui est un chiffre élevé", a estimé le Pr Marijon.  "La difficulté est que si on suspecte que le niveau du score CHADS2 et la durée des épisodes de FA influencent le risque d’AVC, il n’existe pas encore de recommandations formelles pour proposer une anti-coagulation à ces patients", a expliqué ce cardiologue.

 

Fermeture de l’auricule gauche ou ablation des veines pulmonaires

 

Les cardiologues s’intéressent aussi aux traitements non pharmacologiques de la FA, comme l’ablation des veines pulmonaires ou, chez les patients ne pouvant être anti-coagulés, la fermeture de l’auricule gauche. L’étude Castle AF, qui a été présentée en avant-première par le Dr Nassir Marrouche (Hôpital universitaire de l’Utah, Salt Lake City) fin août 2017, lors du congrès de la Société européenne de cardiologie, a rapporté une mortalité cardiovasculaire abaissée de près de moitié en 5 ans après ablation chez des malades présentant une FA associée à une insuffisance cardiaque à FE abaissée. Ces données pourraient plaider pour une plus grande utilisation de ce traitement, car cette association pathologique est fréquente. "Mais, elles devront être confirmées, car l’essai demeure toujours non publié", a insisté le Dr Sellal.

Les cardiologues français viennent, de plus, de proposer à partir de la série de 2506 patients avec une FA de l’étude Extralucid-d, un nouveau score ATE (pour Atrial Thrombus Exclusion score)...

Sources : 

Journées européennes de la Société française de cardiologie (Paris, 17-20 janvier 2018). D’après les communications de : J.-M. Sellal (Nancy) et E. Marijon (Paris).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…