"Si je n'avais pas été là, qui aurait défendu les médecins?" : portrait de l'avocat du Pr Raoult | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Si je n'avais pas été là, qui aurait défendu les médecins?" : portrait de l'avocat du Pr Raoult

A 46 ans, Me Fabrice Di Vizio est devenu lors de l’épidémie de Covid-19 l’avocat le plus médiatisé de France, enchaînant les interviews sur les plateaux télé ou dans les colonnes des plus grands journaux. Indigné par le manque de considération pour les médecins libéraux engagés sur le front, le spécialiste de la défense des soignants s’est attaqué, dès le printemps, aux plus hauts représentants de l’Etat. Au risque parfois d'irriter ceux qui jugeaient que le “temps de la justice” n’était pas venu. Fin octobre, c’est en attaquant l'Agence nationale de sécurité du médicament pour le compte du Pr Raoult que Me Di Vizio s’est attiré les foudres de certains médecins, essuyant des dizaines de menaces de mort qui ne l’ont pourtant pas fait décrocher. Portrait d’un homme engagé.

 

“Quand je défends, je défends. Il ne faut pas trop me chercher.” D’emblée, l’avocat parisien d’origine italienne annonce la couleur. Sous son apparence réservée, Maître Fabrice Di Vizio, 46 ans, n’est pas du genre à se faire marcher dessus. Et ce n’est pas le poster en noir et blanc de Rocky posé à même le sol dans son cabinet qui nous fera en douter : ici, on mène aussi de durs combats.

Affaire du Mediator, Subutex, des gélules amaigrissantes, l’avocat spécialisé dans la défense des professionnels de santé, également intervenant ponctuel en faculté de médecine, a été de tous les grands procès de scandales sanitaires. Mais c’est pour son engagement auprès des médecins pendant l’épidémie de coronavirus qu’il a été propulsé sur les devants de la scène, invité régulièrement sur les plateaux télévisés.

Et pour cause : dès le mois de mars, alors que le Gouvernement s’apprêtait à annoncer le confinement de tous les Français, Me Di Vizio, persuadé dès le 25 février que “ça allait flamber”, n’a pas hésité à porter la plainte du collectif de médecins “C19”, attaquant l’Etat pour obtenir des masques pour les libéraux. Peu après, ce sont l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn et le Premier ministre Edouard Philippe qu’il étrille pour mise en danger des personnes, pointant du doigt les mesures insuffisantes prises pour endiguer l’épidémie.

“Cette crise est intéressante parce qu’elle a révélé puissamment quelque chose que je savais : c’est qu’au fond, les médecins ne sont pas défendus”, s’indigne l’avocat, dont le ton apaisé du début d’entretien laisse place à l’agacement. “Des médecins sont morts, ils ont manqué de tout et aucune organisation représentative n’est allée saisir le moindre juge !”...

32 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…