Prescriptions irrégulières : six mois de prison avec sursis requis contre un généraliste, ex-adjoint au maire de Marseille

19/12/2023 Par Pauline Machard
Faits divers / Justice
L’accusation reproche au médecin généraliste d’avoir prescrit, hors-cadre, des médicaments classés ou assimilés stupéfiants, à un toxicomane.   

 

Six mois de prison avec sursis et 2 500 euros d’amende. C’est la peine requise à l’encontre du Dr Patrick Padovani, ancien adjoint à la santé et aux addictions du maire de Marseille Jean-Claude Gaudin (Les Républicains), de 2008 à 2020. Le médecin, âgé de 75 ans, comparaissait lundi 18 décembre devant le tribunal correctionnel de la Cité phocéenne, suspecté d’avoir irrégulièrement prescrit en renouvellement du Rivotril, de la Ritaline et du Subutex - des médicaments classés ou assimilés stupéfiants - à un toxicomane, entre mars et juin 2021.  

À l’époque, le toxicomane, atteint d’épilepsie, de troubles schizophréniques et d’infections sanguines liées à ces injections, avait été éloigné temporairement - 6 mois - du centre de soins, d’accompagnement et de prévention (Csapa), où le Dr Padovani intervient, après une altercation verbale avec le personnel. C’est l’interpellation de l’homme (décédé depuis), en juin 2021, alors qu’il revendait sous le manteau des comprimés de Rivotril, qui a déclenché les poursuites contre le médecin.  

 

“Des renouvellements à l’aveugle” 

Car le Dr Padovani, souhaitant trouver une solution à la prise en charge de ce toxicomanie refusé de tous les centres de soins de la ville, et qui voulait assurer la “continuité des soins”, avait alors décidé de rédiger les ordonnances : “Vu sa dangerosité pour lui et pour la société, il fallait une action rapide, s’est-il justifié au tribunal. Car pour obtenir un rendez-vous chez un psychiatre, il faut attendre 8 mois et pour un neurologue, ce n’est pas avant une année. J’ai donc prolongé ses traitements. Son protocole de soins courait jusqu’au 29 septembre.”  

Or, pour le Parquet, le Dr Padovani, étant généraliste, n’avait pas le droit de prescrire ces médicaments classés ou assimilés stupéfiants (le Subutex nécessitant même une ordonnance sécurisée), sans une ordonnance annuelle signée d’un spécialiste. Le fait de s’abriter derrière un protocole de 3 ans signé entre la CPAM et le patient n’est pas recevable pour la procureure. "Ce sont des renouvellements à l’aveugle”, a-t-elle fait valoir.  Le jugement sera rendu le 5 février.  

[Avec AFP, La Marseillaise, La Provence

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

2 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Georges Fichet
4,6 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 6 mois
Ça ne risque pas de m'arriver car je refuserai de tout façon de suivre tout toxicomane. Et ils doivent le pressentir car aucun n'est jamais venu me demander de le prendre en charge. Depuis ma jeunesse...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 6 mois
stupéfiants-Marseille où est le problème? lui au moins n'avait pas de KALASH!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17