Gastro-entérite : l’épidémie s’éternise | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Gastro-entérite : l’épidémie s’éternise

L’incidence de la gastroentérite est en augmentation, au bout de 15 semaines d’épidémie.

Cette année, l’épidémie de gastro-entérite joue les prolongations. Ainsi, selon les dernières données de Santé publique France, au 14 mars 2018, l’incidence nationale de la diarrhée aiguë ayant conduit à une consultation en médecine générale était de 133 cas / 100 000 habitants. Et, si ce taux reste sous le seuil épidémique national, qui est de 162 cas/100 000 habitants, il est cependant en augmentation par rapport à la semaine précédente (118 cas/100 000 habitants). La majorité des régions montre une activité en hausse. En outre, 5 régions présentent un taux supérieur au seuil épidémique : les Hauts de France, la Normandie, l’Ile-de-France, la Bretagne, et la Nouvelle Aquitaine qui a dépassé ce seuil cette semaine. "Les taux d’incidence les plus élevés sont observés en : Hauts-de-France (197 cas pour 100 000 habitants), Pays de la Loire (170) et Ile-de-France (146)", précise le réseau Sentinelles.

Cette tendance est confortée par les données de médecine de ville :  ainsi, la proportion de consultations pour GEA est en légère hausse (8,4 %) par rapport à la semaine dernière. En particulier, l’augmentation de l’activité chez les enfants de moins de 5 ans se poursuit (11,8 %). Et concernant l’activité hospitalière, la part d’activité des services d’urgences hospitaliers pour gastro-entérite aiguë est stable par rapport à la semaine précédente.

Cette année, contrairement à l’année dernière l’épidémie a commencé de façon classique début décembre. En 2016, elle avait démarré avec plus de 2 mois d’avance à la mi-octobre. En revanche, l’épidémie 2017-2018 semble particulièrement prolongée, bien que d’amplitude relativement modérée : les chiffres montrent que la France est actuellement dans sa 15ème semaine d’épidémie, alors qu’en moyenne cette infection s’étale sur 7 semaines, avec un début en moyenne fin décembre et un pic en janvier. Et vu la tendance à la hausse observée dans la majeure partie du pays, il est vivement recommandé de maintenir les mesures de précautions visant à diminuer la transmission (lavage des mains nettoyage des surfaces, réhydratation précoce chez le nourrisson., …).

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…