PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Traitement hormonal de la ménopause : retour à la case départ

Les résultats récents de suivi à long terme de l’étude WHI va à l’encontre des premières données publiées en 2002, qui avaient conduit à la chute massive de l’utilisation du traitement hormonal substitutif de la ménopause (THM).

En 2002, la publication des résultats de l’étude Women Health Initiative (WHI) a constitué un véritable séisme dans le monde de la gynécologie. Cet essai est en fait composé de 2 études qui ont inclus, entre 1993 et 1998 des femmes ménopausées âgées de 50 à 79 ans. Dans la première, les participantes, au nombre de 16 608, ont reçu soit un traitement par estrogènes conjugués équins (ECE) per os (0,625mg/j) et acétate de médroxyprogestérone (2,5 mg/j) en continu, soit un placebo pendant une durée médiane de 5,6 ans.

Dans la seconde les 10 739 participantes bénéficiaient soit d’un traitement estrogénique seul (estrogènes combinés équins ou ECE, 0,625 mg/j) ou soit d’un placebo, pendant une durée médiane de 7,2 ans. Mais en 2002, le Comité de suivi a décidé d’interrompre prématurément ces études en raison d’une augmentation du risque d’infarctus du myocarde, d’embolie pulmonaire et de cancer dans les groupes sous traitement hormonal de la ménopause (THM). Les experts avaient cependant dans leur ensemble souligné les limites de cette étude avec, en particulier : un schéma thérapeutique non retrouvé en France (les ECE n’étant pas commercialisé dans notre pays) ; une population âgée (63 ans) en moyenne ; un risque cardiovasculaire élevé des participantes. En outre, le traitement était généralement débuté à distance du début de la ménopause : seulement un tiers des femmes ayant débuté leur traitement entre 50 et 59 ans, âge cible du THM.

Malgré ces constatations, ainsi que de nombreuses autres études qui sont venues contredire les résultats de WHI tant au niveau vasculaire qu’au niveau cancéreux, la consommation de THM s’est effondrée passant, en France, de 38% des femmes ménopausées avant 2002, à 8% actuellement. Comme le soulignent les experts du Groupe d’étude sur la ménopause et le vieillissement hormonal (Gemvi), réunis le 23 novembre dernier à Paris à l’occasion de leur congrès annuel, "ces résultats ont eu un impact dramatique pour les femmes qui avaient besoin d’un traitement hormonal, soit...

Sources : 

Congrès du Groupe d’étude sur la ménopause et le vieillissement hormonal, 23 novembre 2017

JAMA 2017; 318:927‐38

JAMA 2002 ; 288 : 321‐333.

https://jamanetwork.com/journals/jama/article-abstract/2653735

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…