"Bachotage", "sentiment d'injustice"… La réforme de la Paces n'a pas tenu ses promesses, déplorent les étudiants

01/03/2024 Par A.M.
PASS/LAS
Trois ans après la mise en place des filières Pass et LAS*, la Fage et les fédérations d'étudiants en santé ont dressé un bilan "alarmant" de la mise en place de la réforme de l'entrée en études de santé. Non seulement les travers de la Paces sont loin d'avoir été tous corrigés mais de nouvelles inquiétudes ont émergé, notamment sur le "niveau académique" des étudiants de 2e année.

  Dès novembre 2020, un premier rapport alertait sur les problèmes posés par la réforme de l'entrée en études de santé (REES) et listait les nécessaires "rectifications". Trois ans après, force est de constater que les choses n'ont presque pas évolué et que les demandes des étudiants "n'ont toujours pas trouvé de réponse". "Le temps aura permis de confirmer les échecs prévisibles que nous avions", assènent la Fage et six fédérations étudiantes représentant les futurs médecins, pharmaciens, sages-femmes, kinésithérapeutes et chirurgiens-dentistes, dans un second rapport sur le sujet, issu d'une enquête menée dans 36 universités, publié ce jeudi 29 février.

Un constat d'autant plus inquiétant que ces dernières années, un nombre important de places sont restées vacantes en deuxième année de pharmacie et de maïeutique. "Chaque étudiant que nous perdons aujourd'hui représente un professionnel en moins pour demain au service du patient", insistent les auteurs.   Qualité de l'enseignement moins bonne en LAS Alors que la réforme visait à en finir avec le "gâchis humain" d'un échec en Paces en favorisant les réorientations, l'objectif est loin d'être atteint. Bien qu'au moins 250 "mineures" différentes sont proposées en Pass et 357 "majeures" en LAS, certains parcours proposés "manquent cruellement de pertinence" et induisent "des inégalités d'exigence entre les formations". "Faute de places disponibles" (à Nantes par exemple, seulement 40 places en LAS psychologie pour 1881 candidats), une partie des étudiants se retrouvent dans une formation "par défaut". La qualité d'enseignement est moins bonne en LAS qu'en Pass, pointent les organisations étudiantes : l'enseignement de la mineure santé s'y fait exclusivement en distanciel dans 41% des établissements et la filière compte "deux fois moins de séances en groupes restreints".

Malgré la disparition du concours final à visée uniquement sélective, le "bachotage persiste" et "les compétences de raisonnement ne sont pas encouragées", constatent les organisations étudiantes. 75% des universités ne proposent toujours "qu'une ou deux modalités d'évaluation écrite", alors que la réforme devait les diversifier pour sortir du "tout QCM". Quant aux épreuves de second groupe, très souvent constituées d'oraux, elles ont pâti d'un manque de cadrage, qui génère chez les étudiants un "sentiment d'injustice". En décembre dernier, le Conseil d'Etat a laissé six mois au Gouvernement pour revoir sa copie. Le taux de passage en deuxième année d'études de santé pour les néo-bacheliers s'élevait en 2021-2022 à 29%, contre 16% en Paces en 2019. "Une hausse de réussite non négligeable après une première tentative est donc observée depuis la réforme." Toutefois, le taux de réussite est supérieur en Pass : 35%, contre 16% en LAS.

Par ailleurs, les étudiants de LAS qui sont finalement admis en études de médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie ou kiné (MMOPK) ressentent des "difficultés", notamment en médecine "où dans 89% des universités une différence de niveau est observée entre les étudiants sortant de LAS et ceux issus de Pass", signalent les auteurs, qui réclament un référentiel national pour le programme de la mineure santé de LAS et un "réel accompagnement" des étudiants issus de ces filières admis en 2e année. Enfin, la diversification des parcours n'a pas mené à une diversification des profils puisque 54% des étudiants en 2e année de MMOP viennent d'un milieu social très favorisé.   *Pass : Parcours d'accès spécifique santé (majeure santé, mineure d'une autre discipline)
LAS : Licence avec accès santé (majeure d'une autre discipline, mineure santé)

Vignette
Vignette

Etes-vous favorable à la création d'une consultation de soins infirmiers?

Philippe S.

Philippe S.

Non

A quand la reconnaissance des médecins ?? Si vous décidez de payer les actes infirmiers correctement nul besoin d'inventer de nou... Lire plus

7 commentaires
12 débatteurs en ligne12 en ligne
Photo de profil de Chir For Ever
277 points
Débatteur Renommé
Chirurgie générale
il y a 1 mois
Ils ont remplacé un concours simple et sélectif par 2 concours compliqués et sélectifs. Le nombre d'heureux élus n'a pas significativement augmenté, et le sentiment d'injustice est démultiplié. Tout ...Lire plus
Photo de profil de Nicolas  Delestret
113 points
Psychiatrie
il y a 1 mois
Et les associations soit disant représentatives des étudiants qui regrettent que "le bachotage" soit encore nécessaire... Comme si supprimer l'effort, le travail intellectuel, le par cœur, la sélectio...Lire plus
Photo de profil de Lor 42
219 points
Débatteur Renommé
Neurologie
il y a 1 mois
une déconvenue de plus à la hollandie-macronie... Comment aurait-il pu en être autrement? Rappelez vous, ils avaient même décrété le tirage au sort pour accéder à la Paces !! Ces gens là sont trop hau...Lire plus

La sélection de la rédaction

Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17
"Ils ont une peur primaire de la psychiatrie" : pourquoi les étudiants en médecine délaissent cette spécialité
27/02/2024
28
Podcast
"C'est assez intense" : reportage dans un centre de formation des assistants médicaux
01/03/2024
9