Un médecin vole un flacon de vaccin pour sa "collection" : l'Ordre sur le coup | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Un médecin vole un flacon de vaccin pour sa "collection" : l'Ordre sur le coup

Un médecin d’une clinique de Compiègne est accusé d’avoir volé un flacon du vaccin Pfizer/BioNTech. Interrogé par ses collègues, il a reconnu les faits en expliquant l’avoir pris pour sa collection personnelle, avant de ramener le flacon, brisé, le lendemain.  

 

L’affaire a provoqué la colère des soignants de la clinique Saint-Côme, à Compiègne (Oise). Il y a quelques semaines, alors qu’il venait se faire vacciner, un praticien de l’établissement pose des questions de manière insistante à l'équipe qui est en train de préparer des doses. “Comment reconstituer le produit ? Que faire si une bulle se forme ? Combien de temps se conserve-t-il ?” cite par exemple l’un des soignants, interrogé par le Parisien.  

Rapidement après son départ, les soignants constatent qu’une fiole a disparu. “Il avait posé tellement de questions qu’une personne a fini par le rappeler”, raconte un autre membre de l’équipe. Et stupeur : le médecin reconnaît les faits. “Il aurait expliqué être collectionneur de flacons vides, mais celui-là était bien plein”, assure un médecin de la clinique. 

Alors qu'on lui demande de ramener le flacon immédiatement, le praticien répond que ce n’est pas possible avant le lendemain. “Lorsqu’il l’a rendu, il était cassé… Il faut y aller avec ce type de fiole”, lâche un infirmier, en colère. “On suppose qu’il a utilisé les doses et que c’est la seule façon qu’il a trouvée pour tenter de le dissimuler”, poursuit-il dans les colonnes du Parisien.  

Interrogé par le quotidien, le directeur de la polyclinique estime qu’il s’agit d’une “erreur” plus qu’autre chose. “Le médecin voulait garder un flacon vide, il ne s’est pas rendu compte qu’il était plein”, assure-t-il, précisant qu’il avait été dit au médecin en question de “faire attention". 

Mis au courant, le conseil départemental de l’Ordre des médecins étudie l’affaire et une sanction pourrait être infligée au médecin. "L'ordre fera son travail, pour ne pas dire qu'il le fait déjà", assure Philippe Véron, président du CDOM, qui qualifie l'affaire de "sensible".

[avec le Parisien

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…