Agnès Buzyn ne regrette "aucune décision" dans la gestion de la crise du Covid | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Agnès Buzyn ne regrette "aucune décision" dans la gestion de la crise du Covid

Mise en examen pour mise en danger de la vie d’autrui par la Cour de justice de la République (CJR), l’ex-ministre de la Santé a confié sur le plateau de Cnews, ce dimanche 10 octobre, ne regretter aucune des décisions prises dans le cadre de la gestion de l’épidémie.
 

"J’ai les nerfs, parce que j’ai ma conscience pour moi." Mise en examen par la Cour de justice de la République (CJR) pour "mise en danger de la vie d’autrui" le 10 septembre dernier, Agnès Buzyn aborde la phase des auditions avec détermination. Dans l’émission de Jean-Pierre Elkabbach, ce dimanche, sur Cnews, l’ex-ministre de la Santé a en effet déclaré avoir "une confiance absolue dans les institutions de [son] pays". "Je n’ai aucun doute que la vérité sera connue, parce qu’elle est toujours connue."

 

En poste lorsque l’épidémie de Covid-19 s’est déclarée, celle qui est aujourd’hui directrice exécutive de l’académie de l’OMS - récemment inaugurée, s’est vue mise en cause pour sa gestion de la crise sanitaire (manque de matériels de protection, alertes tardives, etc.). Les critiques se sont amplifiées à la suite de son départ de l’avenue de Ségur pour participer à la course à la mairie de Paris, en février 2020, quelques semaines avant le confinement. Un échec.

Une situation qui, a-t-elle confié, l’a beaucoup affectée. "Pour quelqu’un comme moi qui a dédié sa vie à la santé des gens, imaginer que je puisse faire volontairement un acte qui nuirait à la santé de qui que ce soit, c’est douloureux." Cible de menaces, l’hématologue de profession indique vivre aujourd’hui sous protection policière. "C’est la vie, je n’en veux à personne", a-t-elle dit, émue.

"La véritable instruction" qui commence sera l’occasion pour elle de "rentrer dans les détails". "Je ne regrette aucune des décisions que j’ai prises", a affirmé Agnès Buzyn, souhaitant "préserver [sa] parole pour les juges et pas pour les médias". "Ça me démange de raconter cette histoire, pas seulement pour moi mais aussi pour le Gouvernement mobilisé dans cette période." L’ex-ministre a estimé que la France a été "très précoce dans son alerte et dans sa réponse".

D’autres instructions en lien avec la gestion de l’épidémie sont menées par la CJR en parallèle : celle de son successeur, Olivier Véran, et de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe.

[avec Cnews]

18 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…