"On laisse les médecins se faire massacrer" : 1 126 agressions déclarées en 2018 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"On laisse les médecins se faire massacrer" : 1 126 agressions déclarées en 2018

Menaces, injures, séquestrations, coups de poing, braquage… Le nombre d'agressions déclarées par les médecins ne cesse d'augmenter. D'après les chiffres 2018 de l'observatoire de la sécurité des médecins, que l'Ordre dévoile aujourd'hui, 70% des 1126 agressions recensées (en hausse de 8.7%) concernent des généralistes. Face à des patients de plus en plus revendicatifs et violents, ces derniers pâtissent d'un manque de "bienveillance" des autorités.

 

C'était il y a tout juste un an. Le Dr Hélène Thomas, généraliste à Vichy, fait face au père d'une jeune patiente, qui exige que sa fille soit prise en charge immédiatement. Refus du médecin. Colère de son interlocuteur. "Il m'a donné un coup, il m'a arraché le frein de la lèvre supérieure. Je n'en revenais pas, témoigne-t-elle, ébranlée, devant la caméra de France 3. Après, c'est le choc, je ne me souviens pas. Je crois que je me suis assise derrière mon bureau et je pense que j'ai pleuré..." La généraliste est quitte pour 6 jours d'ITT, mais reprendra bien avant, pour ses patients. "ça a été assez dur. Pas physiquement, mais moralement… On ne s'attend pas à être violenté dans un lieu où on porte assistance aux gens." Sans détour, Hélène Thomas confesse avoir eu envie "juste après l'agression", "de dévisser la plaque".

 

79% des victimes sont des médecins de ville

 

Le cas d'Hélène Thomas est loin d'être isolé. D'après les chiffres de l'observatoire 2018 de la sécurité des médecins, que vient de dévoiler l'Ordre, pas moins de 1126 agressions ont été déclarées l'année dernière : c'est 91 de plus qu'en 2017, année où la barre des 1000 avait été franchie pour la première fois, et près de 500 de plus qu'en 2003, année de lancement de l'Observatoire.

 

 

Pour la 2ème année consécutive, le département du Nord caracole en tête des départements ayant déclaré le plus d'agressions (123), mais c'est la Lozère, avec ses 6 agressions pour 161 médecins en exercice, qui présente le taux de "victimation" le plus fort : 3.7%, contre 0.52% au niveau national. Impossible d'en tirer des conclusions, étant donné la faiblesse de l'effectif et le biais déclaratif. Au niveau national, 79% des victimes sont des médecins de ville, et 54% des praticiens exerçant en centre-ville.

Les médecins déclarent sans doute plus systématiquement les violences aujourd'hui qu'il y a 15 ans, mais ils sont sans doute encore nombreux à...

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…