France assos santé dit "stop au monologue médical sur la fin de vie"

21/07/2023 Par Aveline Marques
Patients
Regrettant des échanges qui se déroulent dans "un cénacle réduit très médical", la fédération des usagers de santé entend être partie prenante dans l'élaboration du projet de loi autorisant l'aide active à mourir, promis fin septembre.  

 

"Sous couvert de la tenue d’une Convention citoyenne, les échanges sur la fin de vie se déroulent depuis dans un cénacle réduit très médical, regrette le président de France assos santé, Gérard Raymond, dans un communiqué diffusé jeudi 20 juillet. Pourtant la fin de vie n'est pas que la fin d'un parcours de soins, c'est aussi et surtout la fin d'un parcours de vie." Alors qu'elle remettait hier à la ministre Agnès Firmin le Bodo ses "recommandations" sur les droits des personnes malades et l'accompagnement des fins de vie, la fédération des usagers a poussé un coup de gueule contre le "monologue médical" sur la question de l'aide active à mourir. "Il est dommageable pour les premiers concernés que le débat se perde aujourd’hui dans des considérations techniques médicales et législatives, alors qu'il devrait se concentrer sur les besoins et les attentes des personnes concernées", déplore Gérard Raymond. 

 

Un accompagnement par le médecin jusqu'au bout 

Jugeant que les situations de souffrance non soulagées en fin de vie sont loin d'être minoritaires avec le cadre législatif actuel, France assos santé se prononce en faveur d'une aide active à mourir accessible à toutes les personnes malades qui en feraient la demande et en rempliraient les conditions, même celles qui ne sont pas en capacité de s'auto-administrer le produit létal. 

L'aide à mourir doit être "considérée comme un acte de soin, organisé, assisté et pris en charge par notre système de santé", bénéficiant d'un accompagnement médical de bout en bout, insiste la fédération. "La présence d'un professionnel du soin aux côtés du patient est nécessaire pour garantir un cadre sécurisant au moment de la réalisation de l'acte, notamment en cas de complications qui peuvent par exemple être liées à des difficultés d'ingestion du produit létal dans le cas du suicide assisté. (…) C'est aussi un garde-fou supplémentaire en ce sens que le médecin pourra s'assurer jusqu'au dernier moment de la volonté du patient." 

 
Vignette
Vignette

Faut-il autoriser l'aide active à mourir en France ?

Olivier Cedric Royon

Olivier Cedric Royon

Non

Je considère pour ma part avoir assez à faire avec ceux que je n'ai pas pu empêcher de mourir pour en ajouter à la liste... Et Qu... Lire plus

5 commentaires
Photo de profil de Eric Semeria
2,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
il y a 8 mois
Ben d'accord pas besoin d'être médecin pour faire le sale boulot Nous si on le fait, il faut qu'on en discute !!!!!...Lire plus
Photo de profil de Laurent Moisant
466 points
Débatteur Renommé
Anesthésie-réanimation
il y a 10 mois
Bien facile le "stop au monologue balabla blabla....." quand au bout du compte on est responsable de rien. Et même pas un malade, juste un consommateur de médecine qui entend bien consommer sans limit...Lire plus
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,2 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 10 mois
monter 1 association:voilà 1 métier d'avenir! c'est le contribuable qui paye!...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17