"La France manque de médecins qui prennent en charge des malades" : Valletoux réclame l’obligation de garde "en urgence"

17/05/2022 Par Aveline Marques
Politique de santé
La proposition n’est pas nouvelle mais la crise estivale qui se profile dans les services d’urgences lui donne davantage de poids. Au salon Santexpo qui s’est ouvert ce mardi matin à Paris, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux a déploré l’iniquité des contraintes de permanence des soins qui pèsent sur les médecins et réclamé, à nouveau, le rétablissement de l’obligation de participer aux gardes et astreintes.

  « Il faut d’urgence transformer notre système de santé, et ce doit être la mission du nouveau Gouvernement », a appelé Frédéric Valletoux, président de la FHF, dans son discours inaugural du salon Santexpo, qui réunit le monde hospitalier à Paris du 17 au 19 mai. Alors que la crise du Covid a donné « à voir de manière concrète le résultat de décennies de politiques du rabot » et que le Ségur de la santé n’a constitué qu’une « première réponse » en matière de rémunérations, « l’heure n’est plus aux analyses et aux diagnostics mais aux mesures rapides, fortes, profondes et durables », a insisté le représentant de l’hôpital public. « Le taux d’absentéisme est plus élevé qu’avant la crise, les difficultés à recruter sont fortes, l’intérim et ses dérives battent leur plein, et des tensions majeures existent sur les spécialités médicales assujetties aux gardes et astreintes », a-t-il souligné. Alors que le nombre de passages aux urgences augmente, que le nombre de généralistes baisse, que de nombreux services d’urgences sont déjà sur la corde raide, que des lits sont fermés dans « plus des trois quarts des établissements » faute de personnels. Le monde de la santé redoute un été noir.  

  « Les obligations qui pèsent sur les acteurs rémunérés par les cotisations sociales obligatoires demeurent déséquilibrées » Soulignant l’augmentation de 4000 médecins en activité en 13 ans, Frédéric Valletoux considère que la pénurie médicale n’est pas le problème : « la France manque tout simplement de médecins qui prennent en charge des malades, disons-le ». « Les obligations qui pèsent sur les acteurs rémunérés par les cotisations sociales obligatoires demeurent déséquilibrées », juge le maire et président du conseil de surveillance de l’hôpital de Fontainebleau, par ailleurs candidat de la majorité aux législatives en Seine-et-Marne. « Les professionnels des hôpitaux publics doivent assumer la permanence des soins, répondre à une obligation de gardes et astreintes, et assumer un poids toujours plus grand dans les soins non programmés », alors que chez les médecins libéraux, moins de 40% participent à la PDSA.

A court terme, le président de la FHF appelle donc au déploiement de « plans de continuité des soins territoriaux », mobilisant tous les acteurs (public, privé, libéraux) avec « doublement des heures supplémentaires et du forfait de temps de travail additionnel pour l’hôpital public », des « mesures de revalorisation immédiates et fortes des rémunérations des gardes et astreinte » pour les hospitaliers, ainsi qu’une revalorisation des indemnités de nuit et de week-ends pour les soignants. Il a par ailleurs réitéré sa demande de rétablir l’obligation de garde des médecins de ville « en urgence ». « Chaque praticien devrait s’inscrire sur une ligne de garde ou d’astreinte, en ville (PDSA) ou à l’hôpital (PDSES), lorsqu’elle est jugée indispensable pour l’accès aux soins sur le territoire d’exercice.  Nul ne devrait pouvoir s’y soustraire sauf dérogations en raison de son état de santé ou de son âge. » Quitte à recourir à la réquisition « si nécessaire »…

« Je sais que ces mesures sont très fortes, exceptionnelles, mais je demande que l’on considère pleinement l’urgence de la situation. Nous ne pouvons plus attendre », a-t-il insisté.  

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Michel Rivoal

Michel Rivoal

Non

Encore faudrait il que le patient ait le choix. Le déconventionnement peut être vécu par le médecin comme un affranchissement de... Lire plus

 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17