Antibiotiques : les prescriptions des médecins de ville ont diminué de 15% depuis 2009

18/11/2019 Par Aveline Marques
Médicaments
A l'occasion de la semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, Santé publique France publie son rapport sur la consommation et la prescription de ces médicaments. Malgré des progrès notables, la France reste une mauvaise élève en la matière.

  D'après ce rapport, la consommation d'antibiotiques en ville (93% de la consommation totale) se stabilise, après une hausse entre 2014 et 2016 : en 2018, elle se monte à 22,5 doses pour 1.000 habitants et par jour (DDJ), contre 22,7 en 2009. Exprimée en nombre de prescriptions, la consommation baisse de 15%, passant de 2,81 à 2,38 pour 1.000 habitants et par jour. Elle est la plus élevée chez les enfants de moins de 5 ans (bien que les prescriptions soient en baisse de 31%) ; après 5 ans, elle augmente régulièrement avec l’âge sans dépasser les niveaux observés chez les bambins. Sur la période étudiée, la DDJ a augmenté de 13% chez les 65-84 ans. Les antibiotiques les plus consommés en 2018 sont les bêta-lactamines parmi lesquels l’amoxicilline, prescrit en première intention en accord avec les recommandations de la HAS. La consommation de fluoroquinolones, plus fortement générateurs de résistance, est en baisse.

"Il y a encore beaucoup de chemin à faire", souligne le Dr Bruno Coignard, directeur des maladies infectieuses à Santé publique France. La France reste le 3e pays le moins performant d'Europe en la matière, derrière la Grèce et Chypre. Si on additionne ville et hôpital, "la France est à 25,3 doses pour 1.000 habitants et par jour. Or, la moyenne européenne est de 19,8", indique-t-il. La consommation est trois fois plus élevée dans l'Hexagone qu'aux Pays-Bas, pays le plus performant avec seulement 9.7 doses. Cela représente un surcoût de 400 millions d'euros pour l'Assurance maladie. Comment expliquer cette spécificité française, qui perdure malgré les recommandations ? En France, "la prise en charge repose beaucoup sur un traitement : un patient attend une ordonnance à la sortie" d'une consultation, analyse le Dr Coignard. "Les habitudes sont difficiles à changer", renchérit le pharmacien Gabriel Birgand, qui souligne les aspects "culturels et émotionnels" de la prescription d'antibiotiques. Certains médecins vont vouloir "taper large et essayer de résoudre un problème par un traitement antibiotique d'emblée, plutôt que de dire au patient 'revenez dans les jours qui viennent si c'est nécessaire'", estime-t-il. Selon le Dr Coignard, "l'enjeu n'est pas seulement de prescrire moins, mais mieux", en réfléchissant au choix du type d'antibiotiques ou à "la durée de traitement, qui peut être moins longue". [avec AFP]

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Avocat  Du Diable

Avocat Du Diable

Non

Même si cette augmentation est justifiée , sur le plan fiscal c'est un massacre = pas d'abattement sur les charges sociales . Vous... Lire plus

0 commentaire





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17