Accès direct aux paramédicaux : Olivier Véran tacle l’Ordre des médecins, qui "torpille" les volontés d’avancer [VIDEO] | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Accès direct aux paramédicaux : Olivier Véran tacle l’Ordre des médecins, qui "torpille" les volontés d’avancer [VIDEO]

Face aux sénateurs qui examinaient, dès ce lundi 8 novembre, le PLFSS pour 2022, le ministre de la Santé a défendu les amendements gouvernementaux introduisant l’accès à certaines professions médicales, taclant au passage l’Ordre des médecins, qui s’est officiellement positionné contre ces mesures.

 

"Je ne serai pas le ministre qui freinera [ces mesures]. Je le dis en tant que ministre, médecin et comme ancien député." Face aux sénateurs qui examinaient, dès hier, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022, Olivier Véran a défendu les amendements introduisant l’accès direct aux orthoptistes, orthophonistes, et aux masseurs-kinésithérapeutes, ainsi que la primo-prescription pour les infirmières en pratique avancée (articles 40 et 41).

Portés par le Gouvernement, ces amendements ont provoqué la colère unanime des syndicats de médecins, qui ont dénoncé leur dépôt sans aucune concertation. Ces derniers alertent par ailleurs sur d’éventuelles pertes de chances pour les patients qui seraient pris en charge par les certaines professions paramédicales sans prescription médicale. Et fustigent une fausse mesure pour mettre fin aux difficultés démographiques.

De manière inédite, les syndicats représentatifs des médecins libéraux se sont unis à l’Ordre des médecins et ont adressé une lettre à la présidente de la Commission des affaires sociales du Sénat, Catherine Deroche, dont une copie a été transmise au ministre de la Santé. Dans cette lettre, qu’Egora a publié, ils dénoncent conjointement une mesure qui "vide de sens la notion même de médecin traitant" et demandent sa suppression.

Craignant que ces articles 40 et 41 participent à l’accélération du "cloisonnement des professionnels de santé dans la prise en charge des patients", les signataires réclament par ailleurs une concertation entre les Ordres, syndicats et conseils nationaux professionnels concernés pour discuter de "l’évolution des périmètres métiers" et de la coordination entre les acteurs.

Soutenant face aux sénateurs qu’il faut "bouger notre système de santé et apprendre des erreurs du passé", Olivier Véran a déploré la prise de position de l’Ordre des médecins qui, a-t-il estimé, "fait des communications pour torpiller toutes velléités qui consistent à permettre à des soignants paramédicaux, parfaitement compétents, de participer à l’offre de soins dans les territoires".

"Ce n’est pas ici au Sénat, dans la maison des élus locaux, qui m’écrivent du matin au soir pour me dire qu’on manque de soignants et que les Français n’ont pas accès aux soins, qu’on va nous empêcher d’avancer", a-t-il lâché. "J’ai prescrit des wagons de rééducation kiné sans savoir forcément mieux que le kiné […] ce qui était bon pour mon malade", a par ailleurs fait valoir le médecin neurologue.

40 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…