"Il faut refonder le contrat entre la nation et ses médecins" : ce député socialiste plaide pour le conventionnement sélectif | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Il faut refonder le contrat entre la nation et ses médecins" : ce député socialiste plaide pour le conventionnement sélectif

Dans une tribune publiée dans Le Monde vendredi 14 janvier, le député PS de la Mayenne, Guillaume Garot, appelle à "refonder le contrat entre la nation et ses médecins" à l’approche de l’élection présidentielle. Pour lutter contre les déserts médicaux et améliorer l’accès aux soins, il suggère de mettre en place un conventionnement sélectif.

 

Décidément, la liberté d’installation des médecins a du souci à se faire. Au lendemain de la diffusion du nouveau numéro de Cash Investigation, qui la juge responsable des déserts médicaux, le député PS de Mayenne, Guillaume Garot, qui intervient d’ailleurs dans le magazine d’Elise Lucet, publie une tribune dans Le Monde dans laquelle il suggère trois mesures pour améliorer l’accès aux soins des Français, dont le très controversé conventionnement sélectif des médecins.

Pour le député, il y a en effet urgence, car le système de santé "craque de toutes parts". Un délitement que la crise sanitaire a révélé au grand jour. "La crise sanitaire a révélé l’engagement sans faille des médecins et des soignants, et les limites d’un système aujourd’hui au bord de l’implosion. Les mesures d’hier ne suffiront pas à répondre aux urgences d’aujourd’hui et aux défis de demain", alerte Guillaume Garot, qui note que les "inégalités d’accès aux soins ne sont plus supportables".

"Les solutions qui ont été conçues depuis des années n’ont pas produit les effets attendus, assure-t-il. Et comment pourrait-il en être autrement, lorsque des lits ont été supprimés par dizaines de milliers dans les hôpitaux – sous tous les gouvernements –, lorsque les conditions de travail usent les vocations les mieux chevillées et lorsque les politiques, pour garantir la présence médicale libérale dans les territoires sous-dotés, se sont limitées à des incitations financières aussi peu efficaces que coûteuses pour l’Etat et les collectivités ?"

A l’approche de l’élection présidentielle, il appelle ainsi à "refonder le contrat entre la nation, ses médecins et ses soignants". Dans son viseur : la révision de la liberté d’installation des médecins : "des médecins mieux présents et mieux répartis, c’est une pression qui s’allège sur les urgences, et des conditions de travail qui s’améliorent pour tous les soignants", fait-il valoir.

Guillaume Garot reconnaît toutefois qu’il n’y a pas de "solution miracle" pour mettre fin aux déserts, mais suggère "un ensemble d’actions qui devront être articulées entre elles" :

  • Le conventionnement sélectif : "Dans les zones les plus largement dotées en présence médicale, l’Assurance-maladie n’agréera l’installation d’un nouveau médecin qu’au départ d’un autre", explique-t-il ;
  • L’obligation d’exercice temporaire dans les zones sous-denses...
46 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…