PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Il y a des moments de désespoir" : la croisade d’une jeune généraliste pour attirer des médecins dans son désert

Elle a décidé de tout faire pour inciter les internes et médecins à venir s’installer dans son territoire. Généraliste installée depuis deux ans aux Trois Moutiers, en zone sous-dotée, le Dr Cécile Richard est à la recherche de deux médecins pour la rejoindre dans une maison de santé. Débordée, entièrement dédiée à ses 2.500 patients et enchaînant les consultations pendant plus de 13 heures d’affilées, elle lance des “week-ends découverte” pour convaincre les professionnels de santé qu’il y a du potentiel dans le Nord de la Vienne. Après avoir frôlé le burn out, elle raconte à Egora sa démarche. 

8h15 pétantes sur l’horloge et le Dr Cécile Richard est déjà à cent mille à l’heure. “Je suis en route vers le cabinet”, explique la praticienne de 38 ans, téléphone à l’oreille pendant qu’elle embrasse ses enfants. Installée aux Trois Moutiers (Vienne), la médecin entame ses journées tôt. Son cabinet étant situé en zone sous-dotée et en secteur rural, elle compte plus de 2.500 patients. “Je suis sur un canton de 5.000 habitants et je suis toute seule. Je ne m’occupe pas de tout le monde parce que beaucoup sont allés dans les maisons médicales aux alentours, en faisant 20 à 30 kilomètres”, précise-t-elle. 

Celle qui rêvait de la médecine rurale dès ses premières années d’études de médecine assure donc une présence au cabinet “12 à 13 heures par jour”. “Je prends une demi-heure, une heure de pause le midi mais bien souvent, mes pauses déjeuner se terminent en pause sandwich en train de lire mes bilans biologiques”, soupire-t-elle, un brin fatiguée. Si ses journées commencent tôt, elles terminent également tard… “En règle générale je prends mes derniers patients entre 20h et 20h30 et après, soit quand j’en peux vraiment plus je rentre chez moi, sinon avec un peu de motivation, j’appelle encore deux-trois personnes. Je passe aussi environ 1h30 sur l’administratif et la gestion des choses qui n'ont pas été faites dans la journée”, ajoute la praticienne. 

 

Soutenue par sa famille
Elle a également décidé d’ouvrir les consultations le samedi matin. “Enfin matin… un bon samedi, je termine à 13h30, les plus mauvais à 16h30”, rigole-t-elle. Essayant de s’en tenir à des consultations de 15 à 20 minutes par patient, le Dr Richard n’a pas d’autres choix que de sacrifier régulièrement ses mercredis matin, alors qu’elle ne travaille pas. “Quand il y a des situations un peu plus difficiles qui risquent de durer, je reconvoque les patients ce jour-là et je prends une heure avec eux pour prendre le temps de bien faire les choses.” 

Loin d’être...

25 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…