ivg

Les sages-femmes pourront réaliser des IVG instrumentales dans les mêmes conditions que les médecins

En réponse aux difficultés pratiques d'accès à l'avortement en France, un décret publié en décembre dernier avait habilité les sages-femmes à réaliser des IVG instrumentales au sein des établissements de santé autorisés. Mais les conditions, imposant la présence de plusieurs médecins dans les murs, étaient jugées contre-productives. Un nouveau texte vient d'être publié pour lever ces restrictions.

24/04/2024 Par Aveline Marques
Sages-femmes
ivg

Désormais inscrit dans la Constitution, la "liberté garantie" des femmes de recourir à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est compromise dans certains territoires du fait du manque de médecins. Pour pallier ces difficultés, les compétences des sages-femmes ont été élargies ces dernières années : déjà habilitées à pratiquer des IVG médicamenteuses, les maïeuticiennes ont été autorisées, par un décret publié en décembre 2023, à pratiquer des IVG instrumentales (jusqu'à 16 semaines d'aménorrhée) au sein des établissements de santé. 

Mais le décret, requérant la présence simultanée dans l'établissement d'un médecin spécialiste en orthogénie, d'un gynécologue-obstétricien, d'un anesthésiste et d'un plateau d'embolisation -pour gérer des complications rarissimes, était jugé trop restrictif. Seules les grandes maternités, notamment celles des CHU, pouvaient remplir ces conditions, rendant le texte "contre-productif", allant "à l'encontre" de son objectif (améliorer l'accès à l'IVG dans les déserts médicaux) avaient dénoncé des sages-femmes et associations de défense des droits des femmes. Ces conditions allaient aussi au-delà de celles exigées pour les accouchements, pourtant plus à risques selon les professionnelles.

Le décret paru ce jour définit "de nouvelles conditions de formation des professionnels et des conditions d’organisation, plus simples, s’appuyant sur le cadre général des autorisations des établissements habilités à pratiquer des IVG", souligne un communiqué du ministère délégué chargé de la Santé. " Les modalités de prise en charge ainsi que la procédure en cas de complications seront désormais identiques quel que soit le professionnel réalisant l’acte d’IVG instrumentale, reconnaissant par la même pleinement le rôle et l’expertise des sage-femmes." Pour le cabinet de Frédéric Valletoux, la publication de ce décret "constitue une nouvelle avancée majeure en matière d’accès à l’IVG".

 

 

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Pierre Tabet

Pierre Tabet

Non

Dans ce cas plus de prélèvements sociaux concernant la prise en charge au titre de l'assurance maladie pour l'assuré .... Lire plus

2 commentaires
24 débatteurs en ligne24 en ligne
Photo de profil de Henri Baspeyre
11,4 k points
Débatteur Passionné
Chirurgie générale
il y a 3 mois
et quand il y a perforationutérine:comment fait-on?...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17