Généraliste, j'ai refusé le contrôle de mes arrêts de travail : "J'arrête tout et je prends ma retraite"

10/01/2024 Par Sandy Bonin
Témoignage
Le Dr Michel Chevalier est à la retraite depuis le 1er janvier 2024. Installé depuis 36 ans à Ousse (Pyrénées-Atlantiques), dans la périphérie de Pau, le praticien de 63 ans n'a pas supporté la menace de mise sous objectif de la CPAM. Il a donc baissé le rideau, laissant plus d'un millier de patients derrière lui, dans un territoire en mal de médecins.  

 

"C'est la CPAM qui porte le chapeau de mon départ anticipé. Je suis installé dans une zone en pénurie de médecins et la démarche de l'Assurance maladie a été contre-productive. J'ai ouvert mon cabinet à Ousse en 1987. J'avais 27 ans. Je suis parti de zéro. J'avais fait ma thèse sur la densité médicale et j'avais déjà réfléchi à l'époque à m'installer dans une zone dépourvue de généraliste. Dans les années 1980, il y avait trop de médecins. Finalement, j'ai fait mon trou et je suis resté installé 36 ans au même endroit. C'était une autre époque. Désormais, les jeunes sont beaucoup moins attachés à un territoire. Beaucoup s'installent puis repartent au bout de deux ans. Il y a une rotation qui n'existait pas il y a quelques années. Aujourd'hui, j'ai 63 ans, je commençais certes à fatiguer un peu, mais je prévoyais de rester quelques années de plus… 

 

"Colère" 

Ce courrier de la CPAM reçu fin juin a été le coup de grâce. La caisse me menaçait d'une possible mise sous objectif (MSO), mettant en doute mes prescriptions d'arrêts maladie. Cette lettre m'a mis dans une grande colère. C'est à ce moment-là que j'ai décidé d'arrêter. J'ai envoyé un courrier disant que je fermais mon cabinet et je ne me suis pas rendu à la première convocation destinée à justifier mes prescriptions auprès du médecin conseil.  

Nous étions six médecins à être convoqués. Tous ont été mis sous objectif sauf une qui était venue avec le président d'un syndicat parisien. Ils ont préféré se débarrasser des emmerdeurs. Parmi les médecins convoqués avec moi, il y avait une jeune consœur installée dans le quartier le plus pauvre de Pau, avec beaucoup de pathologies comme le diabète, l'hypertension et beaucoup de travailleurs manuels. Une autre généraliste de 34 ans, mère de trois enfants, installée dans un désert médical au nord de Pau était également convoquée. Elle était complétement effondrée, n'en dormait plus la nuit… Tout cela est vraiment dégueulasse, j'en étais malade pour elle. 

Moi j'étais le vieux qui prescrivait beaucoup de séances de kiné. Ma patientèle suit mon âge, puisque j'ai 63 ans, elle vieillit avec moi. J'ai beaucoup de patients en fin de carrière avec des troubles musculo-squelettiques. Je prescrivais des arrêts pour des gens qui n'arrivaient plus à faire leur travail manuel. On parle de gens qui ont bossé toute leur vie. Résultat des courses, la CPAM s'est retrouvée avec un médecin qui a pris sa retraite, une autre écœurée qui est partie...

travailler ailleurs comme médecin du travail. 

 

 

"Comme dans un gag" 

Pour ma part, je me suis rendu à la CPAM lors de la seconde convocation. J'ai d'ailleurs déclenché une manif qui n'a pas plu au directeur de la Sécu... Une centaine de personnes - médecins, patients, syndicalistes - sont venues me soutenir. Un autre praticien était là pour m'accompagner lors de cette convocation. On est descendus au sous-sol dans une grande salle de réunion tout en longueur. Il y avait une douzaine de personnes installées sur une estrade. Moi, ils m'ont assis sur un tout petit siège très bas, au niveau d'un pouf. C'était comme dans un gag de Charlie Chaplin. Tout cela pour essayer de m'humilier et m'intimider.  

Je n'avais plus rien à perdre. Je ne me suis pas gêné pour leur dire ce que je pensais. J'avais un sentiment de dictature. Je me demandais ce que je faisais là, à 63 ans. Si j'avais eu 40 ans lors de cette réunion, je me serais réorienté. J'étais complétement écœuré. À mon âge, je quitte la médecine générale soulagé. Et pourtant, je laisse une patientèle de 1000 personnes, sans compter les moins de 16 ans... Etant en cabinet isolé, je n'aurai pas de successeur, cela n'intéresse plus personne. Et dans le secteur, mes confrères ne prennent plus de nouveaux patients.  

 

"Un fil à la patte" 

Malgré cela, mes patients ont compris. J'ai été très touché par la quantité de cadeaux que j'ai reçus, même de la part de certains n'ayant pas de moyens. En 36 ans, j'ai soigné des malades enfants qui sont devenus parents et presque grands-parents. Une page se tourne. 

Je suis à la retraite depuis le 1er janvier. Je suis parti sur la côte basque. Pour l'instant, j'ai l'impression d'être en vacances. Je suis dans un bon état mental. Là je souffle un peu. Je n'ai pas arrêté les trois derniers mois. Mais je pars avec de grosses pénalités. Il me manque plein de trimestres. Je n'aurai que 2 000 euros de retraite. Je vais sûrement reprendre un exercice un jour par semaine, dans un cabinet du nord Béarn.  

Je suis enfin libre. Je vais m'occuper de mon âne, de mon cheval et de mes moutons. Ce boulot, c'est quand même un fil à la patte.  

 
Vignette
Vignette

43 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de Yves Adenis-Lamarre
3,3 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 6 mois
Félicitations à ce médecin qui a compris que la meilleure arme contre la SS était de faire appel à un médiateur, en l’occurrence, les patients, à leur insu. Si les patients privés de médecin ne disent...Lire plus
Photo de profil de H H
77 points
Radiodiagnostic et imagerie médicale
il y a 6 mois
Bravo pour ce courage de ne pas courber l'échine. Les médecins ne sont pas les employés de l'Assurance Maladie. Le médecin conseil de la CPAM devrait se débrouiller à faire lui-même la prescription de...Lire plus
il y a 5 mois
C'est malheureusement l'histoire qu'on vécu pas mal de généraliste qui se sont énormément impliqué pour leur patientèle. La politique de santé menée par notre gouvernement met tout en place pour anéan...Lire plus

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17