Continuer à soigner gratuitement les sans-papiers, "ce n’est pas de la désobéissance médicale mais l’obéissance au serment d’Hippocrate"

14/11/2023 Par Karen Ramsay
Témoignage
La semaine dernière, les sénateurs ont adopté un amendement qui supprime et transforme l’aide médiale d’État (AME) en aide médicale d’urgence (AMU). Une décision "absurde", estime la Dre Mady Denantes, médecin généraliste à la MSP Pyrénées-Belleville (Paris) qui a signé l’appel à la désobéissance médicale. Ce mardi, le projet de loi immigration a été voté solennellement.

  Article initialement publié sur Concours pluripro   "Cette décision, je la vis comme une catastrophe." Mady Denantes est inquiète et elle avoue ne pas bien comprendre les raisons derrière la suppression au Sénat de l’aide médicale d’État (AME) et de sa transformation en aide médicale d’urgence (AMU). "C’est tout simplement absurde", glisse-t-elle. D’où le courrier qu’elle a adressé, avec 6 autres médecins généralistes adhérents des CPTS 14, 18 et 20, à plusieurs collègues hier, où elle exhorte quatre sénateurs qu’ils ont "ciblés" – notamment Gérard Larcher, Hervé Marseille, François Patriat et Claude Malhuret – de modifier leur vote ce 14 novembre, lors du vote solennel au Sénat du projet de loi immigration : "C’est pas possible qu’ils fassent pas, c’est juste pas possible…"* Installée depuis 1991 dans le quartier de Pyrénées-Belleville (Paris XXe), d’abord en cabinet de groupe puis à la maison de santé – qui a déménagé il y a tout juste un mois –, la médecin généraliste décrit sa structure comme "une maison de quartier" : "On fait des visites à domicile pour les patients très âgés qui ne peuvent pas se déplacer, on assure des soins non programmés – 40 créneaux libérés chaque jour – et on essaie d’avoir un fonctionnement cohérent pour le quartier. Cohérent en termes de santé publique, parce qu’il s’agit non seulement d’avoir une action sur nos patients en consultation mais aussi de tenter d’améliorer la santé de la population." Et elle se réjouit : "On est très enthousiastes parce qu’on a l’impression de faire du bon travail…" Mais, lance-t-elle indignée, "aujourd’hui, on nous dit qu’il y a des gens qu’on ne pourra plus recevoir en consultation. Déjà, en tant que médecin, on a fait le serment d’Hippocrate et on continuera, de toute manière, de les recevoir… Mais si on supprime l’AME, on va compliquer notre travail qui est passionnant mais qui est déjà bien compliqué ! C’est pour ça qu’on a choisi de signer l’appel à désobéissance médicale".   "On enlève l'accès aux soins primaires" Sur une journée, la médecin généraliste reçoit 2 à 3 patients sans-papiers sur la vingtaine qu’elle voit en consultation. Donc là, résume-t-elle, "les gens vont venir nous voir, on va les recevoir mais on n’aura pas accès aux médicaments, aux biologies… Où va-t-on les envoyer pour avoir accès aux soins nécessaires ? Les Pass et les urgences ? Donc on va submerger un système qui est déjà en difficulté alors même qu’on s’engage à les soulager en proposant des soins non programmés ? » Déjà, à la maison de santé, les patients sont orientés vers les médiateurs qui vont les aider à obtenir l’AME "mais en attendant, on les soigne !", assure la médecin. Ainsi, la transformation du dispositif en aide médicale d’urgence n’aurait pour effet que de surcharger les urgences et les permanences d’accès aux soins de santé (Pass), déjà débordés, insiste-t-elle. Débordés parce que c’est "difficile d’avoir l’AME même si les gens y sont éligibles", parce que certains patients ne parviennent à justifier des trois mois de présence en France… "L’AMU, c’est pour l’hôpital, un point c’est tout. Clairement, on enlève l’accès aux soins primaires. On supprime notre possibilité de prendre en charge le patient qui vit là, autour de nous, qui a l’habitude de venir à la maison de santé… Et on nous dit : vous pouvez le recevoir mais vous ne pouvez plus le soigner."   Augmenter le "bénévolat" des médecins Rappelant que 49% des sans-papiers éligibles à ce dispositif n’y ont pas recours (chiffres de l’Irdes, 2019), la généraliste estime que l’AMU ne fera qu’augmenter le "bénévolat" des médecins et "le taux de consultations non payées"Continuer à soigner gratuitement ces patients, ce n’est pas de la désobéissance médicale finalement, mais de l’obéissance au serment d’Hippocrate." Dans leur mail aux sénateurs, les sept médecins généralistes rappellent ce que disait Simone Veil en 1995 : "L'intégration de tous dans le système de santé de droit commun (urgence, consultation, prévention, hospitalisation, suivi à domicile) est la seule politique compatible avec l'éthique médicale et le plein respect de la dignité de la personne humaine." Une phrase que Mady Denantes décrit comme "une évidence" : "Je fais quoi si j’ai un patient qui a besoin d’une exploration parce que je veux éliminer une maladie cancéreuse ? comment je le soigne ? comment je soigne le malade diabétique sans médicament ou sans biologie ? Avec l’AMU, on est dans l’urgence, il y a tout sauf les soins primaires. Or, c’est ce qui permet au système de fonctionner. Aujourd’hui, on nous empêche de travailler. On a besoin de l’AME pour bien remplir notre mission de médecin et de maison de santé de quartier…" "Rassurée" par les propos d’Aurélien Rousseau qui a affirmé, dimanche, dans l’émission "8h30 Franceinfo", que "le Gouvernement se battra pour [que les médecins signataires] n'aient pas à exercer de désobéissance civile", tout en rappelant que l’AME est "un dispositif de santé publique avant tout", Mady Denantes ajoute cependant qu’elle veut des preuves du ministre de la Santé : " J’attends de mon ministre qu’il s’occupe de tout : moi je m’occupe des patients et lui s’occupe que je puisse les soigner."   *Le projet de loi a été adopté dans l'après-midi, mardi

Approuvez-vous la proposition de l'Assurance maladie de dérembourser les prescriptions des médecins déconventionnés ?

Jean-Marc Juvanon

Jean-Marc Juvanon

Non

Il est évident que le "consentement à l'impôt", en l'occurrence les cotisations sociales obligatoires, va etre remis en cause. En ... Lire plus

17 commentaires
Photo de profil de M A G
2,9 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 8 mois
Quel toupet ! Quelle hypocrisie ! Bien à l'abri dans leur MSP probablement lourdement subventionné (20C par jour, ça ne couvre même pas le loyer et le secrétariat), ils osent nous donner des leçons ...Lire plus
Photo de profil de Romain L
12,9 k points
Débatteur Passionné
Médecins (CNOM)
il y a 8 mois
A ces excités du serment d'Hippocrate, je leur demande s'ils travaillent bien 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour "donner leurs soins à quiconque le leur demandera", ou bien s'ils osent fermer leur...Lire plus
Photo de profil de Yves Adenis-Lamarre
3,2 k points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 8 mois
Drôle de titre dénaturant le discours!!! c'est plutôt du gratuitement pour les français, sauf pour les médecins en temps (time is money) et avec la responsabilité juridique en plus. (l'acte gratuit n'...Lire plus
 
Vignette
Vignette

La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17