Des médecins appellent à ne pas sacrifier les patients non Covid : "Nous ne pouvons plus nous permettre de les laisser de côté"

01/10/2020 Par Marion Jort
Patients

Quinze médecins hospitaliers signent une tribune dans Le Parisien pour appeler à ne plus sacrifier les patients cancéreux, en attente de greffe, hépatiques, cardiaques comme ce fut le cas lors de la première vague de Covid. Ils insistent également sur la nécessité de s'appuyer sur la médecine de ville.    “Il faut être prêt, en cet automne qui débute, à assurer la prise en charge de tous les (autres) patients. Nous ne pouvons plus nous permettre de les laisser de côté. Ne les oublions pas !”, appellent conjointement quinze médecins spécialisés en chirurgie, onco-gastro-entérologie, hépatologie ou encore radiologie dans une tribune publiée ce jeudi 1er octobre sur le site du Parisien. Ces médecins ont décidé de se mobiliser face à “une avalanche de données scientifiques contradictoires, à des débats erratiques sur la prise en charge optimale du Covid”. “L'orientation systématique et parfois totale des moyens pose question au regard des risques imposés aux patients cancéreux ou atteints d'insuffisance cardiaque, hépatique, rénale ou pulmonaire terminale”, font-ils valoir dans leur texte. 

Ils reprochent aux autorités de se “féliciter” du faible taux de mortalité du Covid en France, sans “se poser la question d’une éventuelle perte de chance pour tous ces autres patients en France”. “Parce que ce qui nous est inconnu et ce que l'on n'arrive pas à prédire effraye, l'aspect politique de la gestion d'une crise sanitaire a pris le pas sur l'aspect médical de la gestion des soins dans son ensemble, centrant le questionnement sur le Covid”, estiment-ils.  Afin d’éviter toute “rupture” dans l’équité du système de soin, il est impératif, pour eux, de créer des filières spécifiques dédiées et de compter sur “l’activation des réseaux ville-hôpital”. “L'implication plus large de l'ensemble des soignants, y compris de la médecine générale et des structures privées, parfois mises de côté, apparaît indispensable et urgente, pour permettre à tout prix, même en cas de saturation des hôpitaux, de pouvoir maintenir l'offre de soins pour un maximum de patients”, écrivent-ils, en précisant que l'augmentation du nombre de lits ou de personnels n’est pas suffisant.

Enfin, ils rappellent aux autorités qu’en médecine, “plus qu’ailleurs”, “l'analyse du rapport bénéfice-risque d'une décision doit toujours prévaloir sur le principe de précaution”. [avec le Parisien

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Thierry Lemoine

Thierry Lemoine

Oui

Il ne faut pas rêver: la très grande majorité des médecins secteur 1 ne se déconventionnera pas ( pour les secteurs 2, la questio... Lire plus

0 commentaire
10 débatteurs en ligne10 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17