Une consommation élevée de charcuterie aggraverait l’asthme | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Une consommation élevée de charcuterie aggraverait l’asthme

Selon une étude française, consommer de la charcuterie au moins 4 fois dans la semaine entrainerait une aggravation des symptômes d’asthme, indépendamment de l’obésité.

De précédentes études ont associé la consommation de charcuterie à une augmentation du risque de Bpco. On sait par ailleurs que certains facteurs comme l’obésité ou une modification du régime alimentaire peuvent être impliqué dans l’évolution de l’asthme. Des chercheurs français ont donc voulu en savoir plus sur les liens entre consommation de charcuterie et asthme. Pour cela, ils se sont basés sur l’étude Egea (Facteurs environnementaux et interactions gènes environnement dans l'asthme), et ont suivis presque 1000 participants pendant sept ans, dont environ 400 étaient asthmatiques. Les personnes incluses dans la cohorte étaient âgées en moyenne de 43 ans. Au cours du suivi, 20% des sujets ont rapporté une aggravation de leurs symptômes d’asthme. Afin d’en comprendre les raisons, les chercheurs de l’Inserm se sont intéressés à leur régime alimentaire. Ils ont effectué leurs analyses en éliminant le facteur obésité.

Les résultats de l’étude ont ainsi montré qu’une consommation élevée de charcuterie (au moins 4 fois par semaine) était associée de façon directe à l’aggravation des symptômes de l’asthme. le risque serait accru de 76%, en comparaison des personnes en consommant moins d’une fois par semaine). Et seulement 14% de l’association entre la consommation de charcuterie et l’asthme était expliqué par l’obésité (effet indirect). "Ces nouveaux résultats élargissent l’effet direct de l’alimentation sur l’asthme chez les adultes. Afin de préserver la santé respiratoire des populations, il conviendrait de mettre en place rapidement des messages de santé publique visant à limiter la consommation de charcuterie" explique Zhen Li principale coauteur de ces travaux. En l’occurrence, selon les nouveaux repères nutritionnels qui viennent d’être publiés par l’Agence national de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), la consommation de charcuterie ne doit pas excéder 25 g par jour.

 

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…