Le Dr Duquesnel menacé de mort par un patient pendant une garde : "nous ne sommes pas les plus mal lotis à la régulation"

30/08/2022 Par Marion Jort
Violence
Au cours d’une garde à la régulation de la permanence des soins le week-end dernier, le Dr Luc Duquesnel, président Les Généralistes-CSMF a été menacé de mort à deux reprises par un patient au téléphone. Soulevant que son cas est loin d’être isolé, il défend la responsabilité des médecins régulateurs pour protéger les médecins effecteurs. 

  Après un été tendu à la régulation de la permanence des soins en Mayenne, département où il exerce et où les médecins ont pu avoir à gérer 40 appels en une heure sur certaines périodes, le Dr Luc Duquesnel a été menacé de mort par un patient ivre.  “Dans une de mes gardes de régulation le week-end dernier, je faisais 8h-20h et on a eu 300 appels la journée. Un individu, ivre, appelle pour qu’on envoie une ambulance pour un second individu qui était avec lui, ivre également. Ce n’était pas justifié, j’ai donc refusé. Non satisfait de la réponse, il m’a menacé de mort à deux reprises. Au total, il a appelé quatre fois”, raconte à Egora le président de Les Généralistes-CSMF. “Mais ce n’est pas la première fois que ça arrive”, relativise-t-il.  Des menaces comme celles-ci, cela arrive souvent, en particulier dans le quotidien des médecins généralistes. “Je vous rappelle qu’on observe +23% des violences contre les praticiens en 10 ans selon les chiffres de l’Ordre… et cela ne prend pas en compte tous ceux qui en ont subi et ne l’ont pas signalé”. “Dans ce cas par exemple, je n’ai pas eu le temps d’aller porter plainte. J’avais des consultations au cabinet après ma garde, j’y suis allé car mes patients attendaient. C’est pareil pour beaucoup de mes confrères”, poursuit le syndicaliste. 

Pour lutter contre ce phénomène de violence, qui s'accroît ces dernières années, le Dr Luc Duquesnel assure qu’il faut “en parler”. “La condamnation de l’individu qui a agressé un médecin de SOS Médecins à Mulhouse avec un fusil à cinq ans de prison ferme est exemplaire”, soulève-t-il.  Le président de Les Généralistes-CSMF défend enfin la responsabilité des médecins régulateurs face à des patients jugés potentiellement dangereux. “Quand on est régulateur, on est protégés par le téléphone et nous ne sommes pas en face du patient. Quelque part, nous ne sommes pas les plus mal lotis. Par contre, on a la responsabilité de ne pas envoyer les médecins effecteurs dans des endroits où ils peuvent se faire agresser. C’est notre rôle, en tant que médecin régulateur, de percevoir qu’un patient est violent, ivre et de ne pas y envoyer de confrère”, assume-t-il, rappelant au passage qu’une agression pouvait arrêter la permanence des soins.    

Vignette
Vignette

Médecins, faut-il signer l'accord conventionnel proposé par la Cnam?

Lilia Boyeldieu

Lilia Boyeldieu

Non

Convention inacceptable sur le plan déontologique avec financiarisation des décisions médicales. Dégradation de la qualité des soi... Lire plus

0 commentaire
1 débatteur en ligne1 en ligne





La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Jumelles et médecins généralistes : "L'idée, c'était d'avancer ensemble"
15/04/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
1
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
2
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17