Masques : l’hypothèse d’un effet immunitaire indirect | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Masques : l’hypothèse d’un effet immunitaire indirect

Le port du masque, au-delà de sa capacité de réduire la transmission du Sras-Cov-2, pourrait-il diminuer la quantité d’inoculum au moment de la contagion, et par ce biais réduire les formes graves de la maladie, et augmenter les formes asymptomatiques ? Cette hypothèse audacieuse est celle proposée par des auteurs américains dans un article publié le 8 septembre dans le New England Journal of Medicine (NEJM) qui a récemment fait grand bruit dans la communauté scientifique. Si certains experts se montrent dubitatifs, du fait du manque de données encore aujourd’hui...
6 commentaires

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…