Suicides d'internes : "Il n’est plus entendable aujourd’hui que le milieu médical se dédouane de ses responsabilités" | egora.fr
PUB
A+ A-

Suicides d'internes : "Il n’est plus entendable aujourd’hui que le milieu médical se dédouane de ses responsabilités"

[TRIBUNE] Alors que de nombreux décès d'internes ont été déplorés depuis le début de l'année, des représentants de l'InterSyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale (Isnar-IMG) appellent étudiants, médecins, et professionnels de santé à faire entendre leur voix pour faire cesser l'omerta. 
 

“Je suis à bout, je n’en peux plus…”, “Je suis en train de m’effondrer”, les stigmates de la détresse manifeste des internes ne cessent de s’accumuler. La souffrance est omniprésente dans nos études. Des violences plurielles subies par les étudiants en médecine, tant sur les bancs des amphithéâtres que dans les stages réalisés, sont mises en évidence par toutes les enquêtes publiées ces dernières années. 

Les internes débutent trop souvent leur internat après avoir déjà vécu une maltraitance systémique qui les fragilise. Celle-ci persiste tout au long de leur formation comme le rappellent tristement les thèses d’Amélie Jouault et de Sara Eudeline de 2020. 99.3% des internes de médecine générale ont déjà dû faire face à au moins un type de violences, qu’elles soient d’ordre psychologiques, physiques ou sexuelles.

Récemment, notre profession a déploré de trop nombreux décès d’internes. Leur qualité de vie au cours de cette période de formation intense est mise à mal par des facteurs connus et reconnus, notamment des conditions de travail regrettables, sources évidentes de mal-être. 

Mais aujourd’hui, l’heure n’est plus au constat. La colère gronde face à l’absence de mesures pérennes et concrètes. Non-respect incessant du temps de travail, défauts d’encadrement en stage et absence d’accompagnement en cas de conflits sont le triste quotidien des internes traversant des périodes difficiles. Depuis des années, l’ensemble de leurs représentants alertent les instances et peinent à faire entendre la détresse des étudiants à laquelle ils sont confrontés régulièrement dans leurs missions. Malgré les promesses répétées des ministères, des enseignants, des doyens et de l’ensemble des acteurs de notre formation, nous sommes toujours et encore témoins de situations inacceptables sur le terrain, preuve de l’absence d’actions efficaces instaurées. 

Pourtant, des solutions simples existent pour agir sur certains facteurs de risque objectifs. Concernant le temps de travail, l’échec des instances pour garantir son respect strict nécessite d’enfin appliquer une tolérance zéro. Les outils existants de calcul du temps de travail comme les tableaux de service, pourtant mis en place depuis 2015, doivent être utilisés et des mesures de contrôle systématiques de ceux-ci doivent être instaurées. Les entorses à la loi ne peuvent rester...

24 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…