"La prescription médicale n’est pas une formalité" : l'Académie de médecine épingle la loi Rist sur l'accès direct

20/02/2024 Par S. B.
Politique de santé
Près de neuf mois après la promulgation de la loi Rist "portant amélioration de l’accès aux soins par la confiance aux professionnels de santé", l'Académie nationale de médecine publie un communiqué dans lequel elle alerte sur "l’accès à des examens et des thérapeutiques sans prescription par un médecin". 

 

"La prescription médicale n’est pas une formalité de nature administrative. Elle est le résultat d’une démarche accomplie par le médecin". Dans un communiqué publié le 15 février, l'Académie nationale de médecine se prononce sur la Loi 2023-379 du 19 mai 2023 "portant sur amélioration de l’accès aux soins par la confiance aux professionnels de santé", portée par la député Stéphanie Rist. Ce texte permet en effet à des professionnels de santé paramédicaux de prendre en charge des patients, de prescrire des examens complémentaires et des produits de santé, ou de pratiquer leur art, dans des cas où la prescription par un médecin ne serait plus obligatoire. 

Neuf mois plus tard, l'Académie "rappelle que la prescription médicale a pour fondement le diagnostic médical, qui est la composante primordiale de la démarche thérapeutique".  "Engager une action thérapeutique en l’absence de prescription médicale n’est absolument pas anodin", s'inquiètent les académiciens. L'Académie souligne "que l’absence de médecins à même de poser un diagnostic n’est pas concevable dans le contexte d’un établissement de santé, dans lequel un malade, qu’il y entre par le service des urgences ou par celui des consultations médicales, ne peut être considéré comme privé d’une capacité de diagnostic médical, donc de prescription médicale".

 

 

Conscients de la problématique de désertification médicale, les académiciens jugent que "la mise en route de soins à visée curative, en particulier de nature médicamenteuse, sans prescription par un médecin donc sans diagnostic médical préalable, ne peut se concevoir que lorsque les conditions suivantes sont réunies : vérification de l’indisponibilité d’un médecin ; risques minimes d’effets secondaires de la thérapeutique concernée ; et évaluation médicale, après une période déterminée et répétée, de toutes les procédures ainsi engagées".  

"Nous avons tellement de retard sur les pratiques avancées… Nostalgie et condescendance ne suffiront pas pour soigner les malades", a réagi la député Stéphanie Rist sur X. "J'ai lu sans surprise et avec consternation les avis d'abord de la HAS puis de l'Académie. Il me semble que nous ne vivons pas dans le même pays, ni à la même époque ni dans la même réalité. Heureusement ces avis ne sont que consultatifs", a abondé Pascale Mathieu, présidente du Conseil national de l'ordre des kinésithérapeutes. "Très étonnante prise de position avant même que la concertation avec les acteurs concernés ait eu lieu, de plus, sans aucune argumentation scientifique. On sait pourtant où mènent les arguments d’autorité ou fondés sur des opinions. La crise Covid est encore récente…", a également estimé le Conseil national professionnel des IPA sur X.  

 

 

"Je suis effaré de la piètre qualité de cet avis, qui a mis des mois à sortir, pour tenir en une page, et crée de nombreuses confusions [voir publication]", a commenté sur Linkedin Guillaume Rall président du Syndicat National des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs (SNMKR).   

"A un moment donné, il va falloir avancer dans l’intérêt des patients", plaide le kiné qui appelle Catherine Vautrin et Fréderic Valletoux à publier les décrets d'application de la loi dans "les plus brefs délais, afin de nous permettre seulement de faire notre travail correctement". 

Vignette
Vignette
16 commentaires
1 débatteur en ligne1 en ligne
Photo de profil de David  Dufour
29 points
Médecine générale
il y a 2 mois
Je trouve la position de l’académie tout à fait équilibrée. elle ne ferme pas la porte à la délégation des actes mais rappelle le cadre de base de l’activité médicale : une démarche diagnostique qui p...Lire plus
Photo de profil de Luc L
783 points
Débatteur Renommé
Masseurs Kinésithérapeutes
il y a 2 mois
Nos académiciens se sont trompés de siècle ! Il faut leur dire que ça fait déjà plusieurs dizaines d’années que les paramédicaux (qui d’ailleurs , terme impropre, ne sont pas « à côté » de ...Lire plus
Photo de profil de Avocat  Du Diable
819 points
Débatteur Passionné
Médecine générale
il y a 2 mois
Il n'y a plus assez de médecins , alors , on a plus besoin du médecin pour faire un diagnostic . Telle est la position du Dr Rist ancienne rhumatologue au CHR Orléans et convertie à la Macronie . Le...Lire plus

La sélection de la rédaction

Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
1
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Rémunération
"La visite à domicile ne survivra pas à l’été" : le cri d'alarme de SOS Médecins
02/04/2024
13
Assistant médical
"Il faut arriver à transposer l'assistant médical dans une notion d'équipe": aux Rencontres d'AVECsanté...
03/04/2024
4
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17