Chocs toxiques : la faute au mésusage des tampons

04/07/2017 Par Aveline Marques
Santé publique

Face à l'inquiétude générée par des cas de choc toxique, le Centre national du staphylocoque des Hospices civils de Lyon avait lancé une collecte de tampons usagés à l'automne dernier. Les résultats de cette étude, publiés aujourd'hui, se veulent rassurants : la composition des tampons n'est pas en cause.

Au total, plus de 700 tampons usagés ont été collectés par le Centre national du staphylocoque. 30% se sont révélés porteurs de staphylocoque doré. En parallèle, les chercheurs ont testé les marques de tampons les plus utilisées, ainsi que leurs différentes compositions, en reproduisant "les conditions de culture se rapprochant le plus de celles du vagin avec peu d'oxygène". Les résultats de cette première grande enquête nationale, publiés ce mardi par les HCL, se veulent rassurants : "Contrairement au tampon Rely retiré du marché dans les années 80, aucun dispositif vaginal ne stimule la production de la toxine TSSTT-1 qui déclenche le choc toxique". Au contraire, certains tampons, de par leur structure et la densité des fibres, semblent jouer "un rôle protecteur". En revanche, les coupes menstruelles, "ayant un diamètre plus important que les tampons", "permettent une arrivée d’air et donc d’oxygène plus importante et favorisent plus la croissance du staphylocoque et la production de la toxine", mettent en garde les chercheurs. Pour ces derniers, les syndromes de choc toxique sont donc dus au mauvais usage des protections périodiques. Ils préconisent une campagne d'information des utilisatrices, rappelant que les tampons doivent être changés toutes les quatre heures, y compris la nuit. Quant aux coupes menstruelles, elles ne doivent pas être portées la nuit et pas plus de 6 heures le jour. Le Centre national du staphylocoque estime, par ailleurs, que l'augmentation continue du nombre de chocs toxiques constatée entre les années 2000 et 2010 peut "s’expliquer par la notoriété grandissante du centre ainsi que par un meilleur diagnostic de la pathologie". Environ 20 cas sont déclarés chaque année.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
4 débatteurs en ligne4 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17