Grippe espagnole : les zones d'ombre de la pire pandémie de l'Histoire | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Grippe espagnole : les zones d'ombre de la pire pandémie de l'Histoire

C'était il y a tout juste cent ans. Alors que les Allemands tentent une dernière offensive, une épidémie de grippe H1N1 s'abat sur l'Europe avec une virulence inédite. Dans un contexte de censure propice à toutes les rumeurs, les autorités sanitaires et les médecins se révèlent impuissants. Bilan : 50 à 100 millions de morts en six mois dans le monde. Retour sur la pire pandémie que le monde moderne ait connu.

 

  • La grippe débarque avec les GI

Une chose est sûre : cette grippe n'a d'espagnol que le nom. Le virus étant mutant, il est difficile de déterminer son origine. L'Asie reste l'hypothèse la plus probable. Mais c'est aux Etats-Unis, dans un camp d'entrainement de soldats au Kansas, que les premiers cas sont signalés en mars 1918. L'épidémie de H1N1, qui se répand rapidement dans tout le pays, débarque au printemps dans les ports français : durant ces mois capitaux, les GI arrivent par centaines de milliers pour soutenir les Alliés face à l'offensive allemande.

De France, la première vague de grippe, très contagieuse mais peu létale, gagne le Royaume-Uni et l'Espagne en mai, où elle fait les gros titres : 8 millions d'Espagnols sont grippés, dont le roi Alphonse XIII. Mais en France comme dans les autres pays belligérants, la censure règne. "L'information sanitaire est considérée comme sensible et l'information sur les épidémies est contrôlée, explique Anne Rasmussen, professeur en histoire des sciences à l'université de Strasbourg. Il ne faut pas révéler à l'ennemi un état de faiblesse qui pourrait servir la propagande, ni démoraliser la population."

Une deuxième vague, bien plus meurtrière, s'abat sur l'Europe à la fin de l'été. En octobre et novembre, elle fait l'objet d'articles quotidiens. Pour les contemporains, elle semble venir tout droit d'Espagne. Pour les historiens, elle serait en fait partie de France en août : le virus, qui a muté, est beaucoup plus létal et s'accompagne plus fréquemment de pneumonies bactériennes.

Une troisième et dernière vague survient pendant les premiers mois de 1919, sans faire autant de dégâts que la précédente.

Des chercheurs anglais ont toutefois émis l'hypothèse que l'épidémie aurait...

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…