Stages de médecine générale non validés : un interne porte plainte pour harcèlement moral contre la fac de Reims  | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Stages de médecine générale non validés : un interne porte plainte pour harcèlement moral contre la fac de Reims 

Stages de médecine générale non validés : un interne porte plainte pour harcèlement moral contre la fac de Reims 
Après le suicide d'un interne en février dernier, la faculté de médecine de Reims est à nouveau mise en cause. Un carabin a porté plainte pour harcèlement moral suite à la non-validation d'un de ses stages ambulatoires, qu'il estime injustifiée. 

La plainte vient d'être enregistrée par le procureur de la République de Reims, saisi en juillet 2018. Fouad Yanouri, 45 ans, accuse le département de médecine générale de la faculté de médecine de Reims de harcèlement moral après l'invalidation de son stage ambulatoire de niveau 1, à deux reprises. 

Après une réorientation réussie de la biochimie vers la médecine, Fouad Yanouri fait ses premiers pas au cabinet de novembre 2016 à avril 2017. Pour l'interne en médecine générale, ce stage ambulatoire de niveau 1 "se passe bien". "Lors de ce stage, j’avais été mis plusieurs fois en autonomie, signe de confiance. J’étais tellement certain d’avoir validé mon stage que je n’ai même par ouvert mon carnet d’évaluation", relate-t-il dans les colonnes de L'Union. Mais le carabin a la mauvaise surprise d'apprendre que son stage, qui conditionnait la possibilité de débuter les remplacements, n'a pas été validé. "On ne te confierait pas la vie de nos patients", aurait justifié l'un de ses maîtres de stage. Ils lui reprochent un exercice de la médecine "périlleux" et une attitude "péremptoire". Fouad sollicite le doyen et forme un recours auprès du tribunal administratif, sans succès. 

Deuxième chance en 2018. Cette fois, l'interne demande à être évalué chaque mois. Il est à nouveau mis en autonomie au cabinet ou en visite. L'attitude d'un de ses maîtres de stage aurait changé suite à son audition au tribunal administratif. L'interne dit alors s'en prendre "plein les dents" et finit par couper court. Après un nouvel entretien infructueux avec la doyenne de la faculté, il décide de saisir le procureur pour harcèlement moral, estimant que l'invalidation de son stage créé un sentiment d'insécurité préjudiciable à la poursuite de ses études. 

Sollicitée par l'Union, la faculté de médecine indique que l'interne n'a pas validé son stage du fait de ses aptitudes professionnelles et d'un comportement "inadapté pour un futur médecin". Et de préciser que ses différents recours ont tous été rejetés.  

[avec lunion.fr

 

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…