Régime faible en hydrates de carbone et riche en graisses ou régime riche en hydrates de carbone et faible en lipides : impacts sur le diabète de type 2 et la stéatohépatopathie non alcoolique

06/02/2023 Par Pr Philippe Chanson
Diabétologie Endocrinologie-Métabolisme Nutrition
Chez les patients diabétiques de type 2, indépendamment de l’effet de la restriction calorique, on ne sait pas réellement si un régime faible en hydrates de carbone et riche en graisses est plus intéressant qu’un régime riche en hydrates de carbone et faible en graisses sur l’équilibre du diabète et la NASH. Afin d’analyser les effets sur le diabète de type 2 et la NASH d’un régime sans restriction calorique (et donc sans intention de perdre du poids), soit riche en glucides et faible en lipides, soit faible en hydrates de carbone et riche en lipides, une équipe danoise a mis en place une étude randomisée, contrôlée, de 6 mois avec 3 mois de suivi chez 165 participants ayant un diabète de type 2.

Dans le régime riche en graisses, 50 à 60 % des calories étaient d’origine lipidique et moins de 20 % d’origine glucidique avec 25 à 30 % des calories sous forme de protéines alors que dans le régime riche en hydrates de carbone, 50 % à 60 % des calories étaient apportées par les hydrates de carbone, 20 à 30 % par des lipides et 20 % à 25 % par des protéines. L’âge moyen des patients était de 56 ± 10 ans et 58 % étaient des femmes. En comparaison du régime riche en hydrates de carbone et faible en graisses, le régime faible en hydrates de carbone et riche en graisses améliore de manière plus nette l’HbA1c (différence moyenne de la variation = -0.59 % ; IC 95 % = -0.87 % à -0.30 %) et permet une perte de poids supérieure (différence moyenne des variations = -3.8 kg ; -6.2 à -1.4 kg). Les deux groupes avaient des cholestérols HDL supérieurs et des triglycérides inférieurs à 6 mois. Dans le groupe au régime faible en hydrates de carbone et riche en graisses, les variations du cholestérol LDL ont été moins favorables que dans le groupe au régime riche en hydrates de carbone et faible en graisses (différence moyenne de la variation = 0.37 mmol ; 0.17 à 0.58 mmol/l). Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les groupes pour ce qui concernait l’évaluation par biopsie hépatique de la stéatohépatopathie non alcoolique. Les variations n’étaient pas maintenues au suivi à 9 mois. En conclusion, chez les diabétiques de type 2, six mois de régime faible en hydrates de carbone et riche en graisses provoque une amélioration cliniquement significative du contrôle glycémique et du poids en comparaison d’un régime riche en hydrates de carbone et faible en lipides mais les variations ne sont pas maintenues trois mois après l’étude.

 
Vignette
Vignette

G à 30 euros : médecins, allez-vous anticiper l'augmentation tarifaire ?

Thomas Grenier

Thomas Grenier

Oui

25 euros de 2017 = 30 euros en 2024. Juste un rattrapage de l’inflation après des années de paupérisation. Rien de prévu pour les ... Lire plus

0 commentaire
5 débatteurs en ligne5 en ligne





La sélection de la rédaction

La Revue du Praticien
Addictologie
Effets de l’alcool sur la santé : le vrai du faux !
20/06/2024
0
Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
La Revue du Praticien
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17