Un généraliste poursuivi devant l'Ordre pour avoir exclu un patient qui lui posait de nombreux lapins

20/11/2023 Par Mathilde Gendron
Déontologie
Le 9 novembre dernier, la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins a décidé de relaxer le Dr Louis-Adrien Delarue, généraliste à Angoulême (Charente). Suite à plusieurs lapins posés par un patient, le médecin avait décidé de le supprimer de sa patientèle.
 

Excédé par les nombreux lapins posés par l’un de ses patients, le Dr Louis-Adrien Delarue, médecin généraliste à Angoulême (Charente), décide de le rayer de sa patientèle. Le patient décide alors de porter plainte devant la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins pour manquement à la déontologie, manque de suivi, fausses facturations et invectives lors des consultations, indiquent nos confrères de La Charente Libre. “Nous avions eu un premier rendez-vous devant le Conseil départemental de l’Ordre des médecins. C’était une tentative de conciliation. Le but était de voir si le patient maintenait sa plainte”, reconnaît le généraliste. Mais la plainte n’a pas été retirée. Le patient comme le médecin ont alors été convoqués le 2 octobre 2023, cette fois-ci devant la chambre disciplinaire de l’Ordre des médecins. Le plaignant fut aux abonnés absents. “Cela m’a fait perdre une journée où j’aurais pu m’occuper de mes patients”, a de son côté déploré le généraliste. La chambre disciplinaire a rendu son verdict le 9 novembre dernier. Le médecin a finalement été relaxé. “C'est important pour moi car c’est la fin d’un an de stress. Surtout c’est un verdict important pour la profession, qui est sur les dents. Ça montre qu’on ne peut pas porter plainte en permanence. (...) Il ne faut pas avoir peur des tigres de papier”, a fait savoir le praticien. Le patient est, quant à lui, condamné à verser une amende de 500 euros pour plainte abusive. Selon le médecin, cette amende “solde l’histoire et résout une injustice en rééquilibrant les choses.” Le généraliste reste tout de même conscient que cette histoire n’est peut-être pas terminée. Le plaignant peut encore faire appel de la décision. “Si c’est le cas, je réfléchirai sans doute à une plainte au civil pour dommages et intérêts, dans la foulée du jugement du conseil disciplinaire”, indique-t-il, même s’il confie “ne pas en avoir envie”. “Je préfère passer du temps avec mes patients que dans une procédure”, poursuit le généraliste. [Avec La Charente Libre]

 
Vignette
Vignette

26 commentaires
4 débatteurs en ligne4 en ligne
Photo de profil de D. Lef.
122 points
Débatteur Renommé
Médecins (CNOM)
il y a 7 mois
Ayant été confronté au même problème, je vous donne l'astuce qui m'a été soufflé par un conseiller ordinal et qui m'a évité la chambre disciplinaire. Ne surtout pas jamais donner de motif du style "n...Lire plus
Photo de profil de Bernard Grillon
212 points
Débatteur Renommé
Médecine générale
il y a 7 mois
Il n'est pas toujours passionnant de se battre quand on a d'autres occupations. Il m'est tout de même arrivé 2 ou 3 fois d’être excédé par des lapins répétés ou un comportement inacceptable. Dans ce...Lire plus
Photo de profil de Anne-Bénédicte Hourst
377 points
Pédiatrie
il y a 7 mois
On m’avait jadis appris que «exercice libéral«  signifiait, entre autres, qu’il s’agissait d’un contrat librement signé entre les 2 parties et donc que chacune de ces parties pouvait refuser… sau...Lire plus

La sélection de la rédaction

Podcast Vie de famille
Le "pas de côté" d'un éminent cardiologue pour comprendre le cheminement de son fils apprenti chamane
17/05/2024
0
Rémunération
"Les pouvoirs publics n'ont plus le choix" : les centres de santé inquiets de l'avenir de leur modèle...
07/05/2024
3
Infirmières
Les infirmières Asalée sauvées?
16/04/2024
3
Pneumologie
Asthme de l’enfant avant 3 ans : une entité particulière
19/04/2024
0
Neurologie
Syndrome de Guillain-Barré : une urgence diagnostique et thérapeutique
04/04/2024
0
Santé publique
Ce qui se cache derrière la hausse inquiétante de l'infertilité
13/03/2024
17