PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Fille ou garçon ? De la devinette à la science

Connaître le sexe de l'enfant à venir est une préoccupation très ancienne. En 1777, Guillaume-René Lefébure rapportait, dans son "Manuel des femmes enceintes", les signes qui étaient avancés à l'époque pour prédire si ce serait une fille ou un garçon. 

 

 

Cet article a été rédigé par le Pr Jean-Claude Nouët, ancien PU-PH et vice-doyen de La Pitié-Sapêtrière. 

 

L'extrait

"Il n’est point de signes as­surés qui puissent satisfaire les mères sur la certitude d’accoucher d’un garçon ou d’une fille. Cependant les matrones ne manquent point de preuves pour assurer aux femmes crédules qu’elles portent une fille ou un garçon, de même les médecins qui les ont autorisées. Nous rapportons certains signes qui tendent à faire connaître la différence du sexe.
L’enfant mâle remue plus tôt que l’en­ fant femelle. Il commence à se mouvoir dès le quarantième jour. Hippocrate en­seigne que la femme qui porte un gar­çon a de belles couleurs et jouit d’une bonne santé, mais elle est pâle et valétudinaire si elle est grosse d’une fille. Il dit aussi que l’on sent l’enfant mâle au côté droit, et la fille au côté gauche.
La femme qui est grosse d’un garçon a le pouls du poignet droit plus élevé, plus fort et plus fréquent que celui du côté opposé ; sa mamelle droite grossit avant la gauche, les bouts de l’une et l’autre regardent en haut ; lorsqu’elle marche, elle part du pied droit et elle fait premièrement agir sa main droite dans toutes les actions ; le contraire ar­rive si elle porte une fille.
La femme conçoit un garçon si la lune est en croissant, et une fille si elle est en son déclin. L’urine d’une femme grosse est souvent épaisse et trouble : si ce trouble monte en haut, elle est grosse d’un garçon, si elle se précipite, elle ac­couchera d’une fille.
Mauriceau remarque, avec plus de jus­tesse, qu’une femme qui a eu plusieurs enfants tant mâles que femelles, est en état de juger plus que toute autre si elle porte un garçon, en comparant la santé dont elle jouit avec celle des gros­ sesses précédentes, car il est constant que le tempérament change selon le sexe de l’enfant que l’on contient dans ses entrailles.
Ce n’est pas assez de deviner si la femme porte un mâle ou une femelle : certains enseignent l’art de faire des garçons. Nous répétons que nous n’ajoutons aucune foi à ces recettes, et ce n’est que pour satisfaire la curiosité des Dames que nous les rapportons.
Pour faire un mâle, il ne faut être ni trop jeune ni trop âgée ; il faut se nourrir de viandes succulentes et pleines d’es­ prit : pigeon, lièvre sont propres à cette fin. Les aliments froids et aqueux nedonnent un sang que pour engendrer des filles. Si l’on fait des excès dans le boire et le manger, si l’on use des droits du mariage plus de trois ou quatre fois le mois, on n’est point apte à faire des garçons. Enfin, l’on conçoit un mâle plutôt en hiver qu’en été. Voilà les règles que des Médecins osent donner. " 
Extrait tiré du Manuel des femmes enceintes, Guillaume-René Lefébure, 1777, Paris, chez J.-F. Bastien
 
 

Le décryptage 

Le jeu des devinettes a duré jusqu’à l’arrivée de l’échographie, sur des signes aussi farfelus et tout autant assurés que jadis : lune croissante ou décroissante, pendule qui bat ou qui tourne, peau sèche ou souple, envies de salé ou de sucré, ventre pointu ou arrondi, blanc des yeux jauni ou bleui, etc. Le médecin prudent et...

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…