La malédiction de Toutankhamon disséquée par la médecine | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

La malédiction de Toutankhamon disséquée par la médecine

Momie qui fait "graou"
C'est l'une des fake news les plus célèbres de l'histoire. De 1923 à 1930, la presse française fait les choux gras de la "malédiction du pharaon", qui frapperait quiconque aurait approché la momie de Toutankhamon, découverte dans la Vallée des rois en novembre 22. Du découvreur du tombeau au conservateur du Louvre, en passant par le radiographe de la momie, une vingtaine de "victimes" sont recensées. En dépit des explications fournies par les médecins et les scientifiques, le mythe perdure jusque dans les années 60. Maléfices, poisons, fientes de chauve-souris, champignons… qui a fait le coup ?

 

 

Le Caire, 5 avril 1922. Un homme agonise dans sa chambre d'hôtel. Il gémit, se débat et délire. "Toutankhamon… J'ai entendu l'appel, c'est fini…", murmure-t-il à son infirmière, avant de rendre le dernier soupir à 2 heures du matin. Au même moment, raconte-on, une panne de courant plonge dans l'obscurité la capitale égyptienne. À des centaines de kilomètres de là, à Highclere Castle [Downton abbey, pour les connaisseurs, NDLR], la chienne du défunt hurle à la mort et s'écroule à son tour, raide morte. Dès le lendemain, la nouvelle est reprise par tous les journaux : "Lord Carnarvon, qui découvrit le tombeau de Toutankhamon, est mort cette nuit", titre le quotidien français Le Siècle.

Lord Carnarvon

On savait l'aristocrate anglais, âgé de 56 ans, souffrant depuis quelques semaines : une piqure de moustique – ou de scorpion ? – coupée au rasoir s'est infectée, déclenchant une septicémie, doublée d'une pneumonie. "Les médecins eurent beaucoup de peine à se procurer des médicaments nécessaires", signale le quotidien français. Avant de poser LA question qui agite le monde entier : "le Pharaon s'est-il vengé ? "

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…