Mediator : la charge du procureur contre les "conflits d'intérêts" des représentants des autorités de santé | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Mediator : la charge du procureur contre les "conflits d'intérêts" des représentants des autorités de santé

Le parquet de Paris a requis mercredi des amendes et des peines de prison avec sursis à l'encontre d'anciens cadres et experts des autorités de santé dans le volet des "conflits d'intérêts" du procès Mediator. 

Pour l'accusation, la "stratégie d'influence" du groupe Servier auprès des autorités de santé explique "en partie" la suspension tardive de la commercialisation du Mediator, décidée en 2009, quatorze ans après de premières alertes sur sa dangerosité. 

Neuf personnes sont poursuivies devant le tribunal correctionnel de Paris pour "prise illégale d'intérêts" et "pantouflage", ainsi que quatre sociétés du groupe Servier pour "complicité" ou "recel". 

Certains experts siégeaient dans des commissions statuant sur le Mediator tout en étant rémunérés comme consultants par Servier, d'autres prévenus étaient devenus salariés des laboratoires peu après avoir quitté leurs fonctions au sein des autorités de santé. C'est le cas de Jean-Michel Alexandre, ancien grand ponte de la pharmacologie et haut cadre de l'Agence du médicament, devenu "conseiller personnel" de Servier juste après son départ. Le parquet a requis deux ans de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende contre lui. 

Des peines allant d'un à deux ans de prison avec sursis, assorties d'amendes, ont été requises contre les autres prévenus. Pour certains, le parquet a également demandé une interdiction d'exercer toute activité en lien avec la médecine pendant cinq ans. A l'encontre de Servier, la procureure a sollicité des peines d'amendes allant de 375.000 à 1,875 million d'euros, pour un total de près de cinq millions d'euros. 

Dans le volet principal de l'affaire, le parquet a requis mardi soir des amendes délictuelles à hauteur de 8,2 millions d'euros contre six sociétés du groupe Servier poursuivies pour "tromperie aggravée", "escroquerie" et "homicides et blessures involontaires".  

Verdict en 2021. 

[avec AFP] 

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…