"Fin de la tutelle, des secteurs d'exercice et de la Rosp", comment l'UFML veut chambouler les élections URPS | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"Fin de la tutelle, des secteurs d'exercice et de la Rosp", comment l'UFML veut chambouler les élections URPS

L'Union Française pour une médecine libre (UFML) est officiellement devenu un syndicat en 2017.  C'est donc sa première participation aux élections URPS. Connu pour sa liberté de ton, ce syndicat, dirigé par le Dr Jérôme Marty, égrène pour Egora quelques propositions phares de son programme.

 

Egora.fr : C'est la première fois que l'UFML se présente aux élections URPS, qu'apportez-vous de plus par rapport aux autres syndicats ?

Dr Jérôme Marty : Nous amenons déjà notre enthousiasme parce que je pense qu'il y a une usure du temps pour le syndicalisme. Nous avons une volonté d'aller sans doute plus loin que les autres.  Nous voulons imprimer le rythme. Et nous le voyons dans les programmes. Aujourd'hui, quasiment l'ensemble des syndicats demandent que l'acte soit aligné sur la moyenne européenne alors qu'ils nous traitaient de poujadistes, d'ultra-libéraux, de populistes quand nous avions émis cette idée. Nous avons envie de faire tomber des barrières et de permettre aux paroles de s'ouvrir. Nous voulons faire tomber les murs. L'idée de gouvernance tripartite est reprise par de plus en plus de syndicats. La démocratie sanitaire est également beaucoup plus abordée. Le fait d'aller plus loin et de ne pas avoir les freins du carcan des négociations conventionnelles nous permet d'oser demander plus.

 

C'est vrai que vous parlez de démocratie sanitaire depuis plusieurs années…

Demander une organisation tripartite avec des représentants de patients, de soignants et de l'administration, à égalité de pouvoir est une idée que nous avons depuis le début. Ça avance progressivement. Nous amenons la concrétisation de ces choses-là. Et nous avons peut-être une capacité à remuer d'avantage et à oser regarder le système en lui-même plutôt que de l'intérieur.

Depuis la loi de Modernisation de la santé c'est le ministère qui définit le périmètre des négociations conventionnelles, ça n'était pas le cas auparavant. Au final on se retrouve dans un espace étriqué où on nous donne l'autorisation de discuter. Nous disons que c'est aux médecins de participer à l'élaboration de la définition du périmètre des négociations conventionnelles. Il n'y a pas plus grands experts du soin que les médecins. Nous connaissons les urgences de la profession et donc les points dont il faut parler.

Il faut également changer le rythme. Ces histoires de négociations conventionnelles tous les quatre ou cinq ans, ça n'a pas de sens. La profession avance beaucoup plus vite que ça. Il faut que les négociations soient au fil du temps, en permanence presque. Et il faut oser aborder les grands thèmes et pas juste les CPTS par exemple.

 

Dans votre programme, vous voulez supprimer la Rosp. Pensez-vous que tout miser sur le C va permettre une augmentation de la rémunération des médecins quand on voit à quel point le prix de l'acte n'évolue pas ?

Ça n'est pas parce que ça n'évolue pas que ça ne peut pas le faire. C'est parce que le politique a fait un autre choix. Le monde politique a fait le choix d'avoir une médecine caporalisée, vassalisée, obéissante. Nous voulons revenir au principe de la médecine libérale telle qu'elle avait été édictée avec ses piliers : liberté de prescription, liberté de choix du médecin par le malade, paiement à l'acte… Il faut revenir à cela. Le paiement à l'acte c'est plus qu'un rempart, c'est...

9 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…