Une supplémentation par vitamine D a peu sinon pas d’influence sur le risque de chutes et de fractures non vertébrales chez l’adulte en bonne santé | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Une supplémentation par vitamine D a peu sinon pas d’influence sur le risque de chutes et de fractures non vertébrales chez l’adulte en bonne santé

Les adultes ayant une concentration de 25 OH vitamine D basse ont une augmentation du risque de chute et de fracture mais les essais randomisés concernant la supplémentation en vitamine D ont donné des résultats variables. Afin d’évaluer les effets d’une supplémentation à haute dose de vitamine D sur les fractures et les chutes, des néo-zélandais ont monté une étude, l’étude ViDA (The Vitamin D Assessment), une étude randomisée en double insu versus placebo chez des volontaires sains âgés de 50 à 84 ans suivis à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Les participants étaient assignés de manière randomisée à recevoir soit une dose initiale orale de 200 000 IU de cholécalciférol (vitamine D3) suivie par 100 000 UI mensuelles de cholécalciférol, soit du placebo.

Entre avril 2011 et novembre 2012, 5 110 participants ont été recrutés et ont reçu soit du cholécalciférol (2 558) soit du placebo (n = 2 552). Au total, 5 008 sujets ont été inclus dans l’analyse des fractures. L’âge moyen des participants était de 65.9 ± 8.3 ans et 2 971 (58 %) étaient des hommes. La concentration moyenne de 25 OH vitamine D était de 63 ± 24 nmol/l au début de l’étude, 30 % des sujets ayant une 25 OH vitamine D < 50 nmol/l. Le suivi a duré jusqu’en juillet 2015 avec une durée moyenne de traitement de 3.4 ± 0.4 années. Au cours du suivi, 2 638 participants ont subi au moins une chute, 1 312 (52 %) des 2 539 dans le groupe vitamine D en comparaison de 1 326 (53 %) des 2 517 du groupe placebo. Le hazard ratio pour les chutes, ajusté pour l’âge, le sexe, l’origine ethnique, les antécédents de chute récente, l’activité physique et la concentration basale de 25 OH vitamine D, était de 0.99 (IC 95 % = 0.92-1.07 ; p = 0.82) pour la vitamine D en comparaison du placebo. Des fractures non vertébrales ont été rapportées chez 292 sujets, soit 6 % (156 des 2 558) du groupe vitamine D et 5 % (136 des 2 550) du groupe placebo. Le HR ajusté pour les fractures était de 1.19 (0.94-1.5, p = 0.15) pour la vitamine D en comparaison du placebo. 123 (2 %) des sujets sont décédés au cours de l’essai : 65 dans le groupe vitamine D et 58 dans le groupe placebo, la différence n’étant pas significative.

En conclusion, une dose de charge de vitamine D suivi de 100 000 U de cholécalciférol chaque mois sur une période de 2.5 à 4.2 ans ne prévient pas les chutes ni les fractures dans une population en bonne santé, ambulatoire et adulte. Reste maintenant à savoir si la supplémentation quotidienne avec la vitamine D, avec ou sans le calcium, a les mêmes effets.

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…