BPCO : Un syndrome plus qu’une maladie ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

BPCO : Un syndrome plus qu’une maladie ?

si le VEMS est inférieur à 50 % et que les patients ont été hospitalisés pour exacerbation au cours de l’année précédente.

Les recommandations Gold insistent aussi sur la nécessité de vérifier l’observance du traitement et l’absence de mésusage par le patient des dispositifs d’inhalation, « une cause fréquente d’échec thérapeutique », a rappelé le Pr Bartolomé Celli (Brigham and Women’s Hospital, Boston, États-Unis). L’importance de la réhabilitation respiratoire, qui est « aujourd’hui davantage utilisée » est aussi mise en avant, à côté du sevrage tabagique.

*Global Initiative for Chronic Obstructive Lung

Global Strategy for the Diagnosis, Management, and Prevention of Chronic Obstructive Lung Disease: the Gold science committee report 2019. Eur Respir J. 2019 May 18;53(5). pii: 1900164.

Sources : 
Source : 29e Congrès de la Société européenne des maladies respiratoires (ERS), Madrid (28 septembre-2 octobre 2019). D’après les communications de : A. Agusti (Barcelone, Espagne), W. Wedzicha (Londres, Royaume-Uni), D. Halpin (Exeter, Royaume-Uni) et B. Celli (Boston, États-Unis).
Global Strategy for the Diagnosis, Management, and Prevention of Chronic Obstructive Lung Disease: the Gold science committee report 2019. Eur Respir J. 2019 May 18;53(5). pii: 1900164.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…