22ème CPLF : la dyspnée dans la BPCO, un symptôme encore mal pris en charge | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

22ème CPLF : la dyspnée dans la BPCO, un symptôme encore mal pris en charge

Corrélée au niveau d’obstruction bronchique, la dyspnée s’associe souvent chez les patients BPCO à des comorbidités et à des symptômes anxio-dépressifs. Peu de patients bénéficient pourtant d’un traitement optimal.

Symptôme cardinal de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), la dyspnée peut pourtant être difficile à évaluer en pratique quotidienne, en particulier chez les patients porteurs de comorbidité.

Une étude récente s’est intéressée à ce trouble clinique parmi les 1.973 patients inclus par leur pneumologue depuis le 1er janvier 2014 dans la cohorte Palomb (Plateforme Aquitaine et observatoire de la BPCO), créée par des pneumologues d’Aquitaine et de Charente. Ces patients avaient un âge moyen de 66 ans et étaient, dans les deux tiers des cas, de sexe masculin. L’analyse multivariée a révélé que la dyspnée a une composante multifactorielle. Après ajustement pour l’âge et le tabagisme, ce symptôme est apparu associé à la sévérité de la BPCO (jugée sur le Volume expiratoire maximum seconde, Vems), à la présence d’une distension thoracique (OR de 1,68) ou d’une dilatation des bronches (1,84), à un nombre d’exacerbations au moins égal à 2 par an (OR de 1,41), ainsi qu’à l’existence d’une hypertension artérielle (1,5), d’un surpoids (1,33), et d’une anxiété (2,5). En analyse univariée, les femmes étaient plus souvent dyspnéiques, mais ceci n’a pas été confirmé en analyse multivariée (OR de 0,71).

 

Trop peu de réhabilitation respiratoire

 

Une autre étude, en vraie vie, mais réalisée cette fois-ci en région Lorraine, a mis en évidence une fréquence élevée (53 %) de dyspnée sévère (stade ≥ 3 selon l’échelle modifiée du Médical Research Council, mMRC) sur les 120 premiers patients atteints de BPCO, de la cohorte prospective iBPCO. L’intensité de la dyspnée, évaluée sur...

Sources : 

22e Congrès de pneumologie de langue française (Lyon, 26- 28 janvier). D’après les communications de C. Raherison, et al. (Hôpital de Pessac), et H. Carette, et al. (CHRU de Nancy).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…