Pr Axel Kahn : "Le défi, c'est de surmonter les obstacles que rencontre l'immunothérapie" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Pr Axel Kahn : "Le défi, c'est de surmonter les obstacles que rencontre l'immunothérapie"

Ancien président du Conseil consultatif national d'éthique, spécialiste de génétique moléculaire, le Pr Axel Kahn a été élu vendredi président du conseil d'administration de la Ligue contre le cancer, premier financeur privé de la recherche. Chronicisation de la maladie, prix des nouvelles thérapeutiques… Pour Egora, il fait le point sur les défis du cancer.

 

Egora.fr : Vous venez d'être élu président de la Ligue contre le cancer. Quels sont les défis qui vous attendent ?

Pr Axel Kahn : Aujourd'hui, il y a 387 000 détections de cancers tous les ans et environ 187 000 décès liés. La fréquence des cancers a déjà augmenté, en lien avec plusieurs phénomènes : le vieillissement de la population, l'augmentation -impressionnante- du cancer du poumon chez les femmes, mais aussi l'obésité, les perturbateurs endocriniens et sans doute d'autres facteurs sur lesquels il convient de travailler. Mais grâce aux progrès de la thérapeutique, la mortalité n'augmente pas. Toutes les statistiques indiquent que, parmi les personnes qui naissent, une sur deux développera un cancer. Le défi est considérable. C'est un défi scientifique, mais aussi de prévention pour tous les cancers qui ont des causes détectables : améliorer l'éducation à la santé, et faire en sorte que les messages soient entendus. Je ferai en sorte que la Ligue consacre une partie de ses moyens pour financer des recherches en sciences humaines et sociales afin de caractériser cette manière d'accéder aux personnes cibles des messages de santé.

Il faut que la Ligue accompagne les avancées scientifiques actuelles. Elle est le principal intervenant non gouvernemental dans le soutien de la recherche dans les cancers. Elle doit permettre que des "perles" porteuses de promesses en recherche soient identifiées. Qu'une piste qui semble prometteuse puisse être explorée, c'est là la grande spécificité de la Ligue et ses partenaires.

Autre très grand défi : compte tenu de la prolongation de la durée des soins en cancérologie, les malades sortent de plus en plus rapidement de l'hôpital. Il faut améliorer considérablement les systèmes qui prennent le relais, en ville. Il existe un nombre croissant de cas où les traitements ont permis d'éviter une issue fatale, mais n'ont pas guéri la maladie : nombre de cancers passent à un stade chronique. Qu'en est-il des projets de vie des malades ? Comment les accompagner?

D'autres défis touchent à l'accès aux traitements les plus onéreux, notamment pour les populations pour lesquelles la protection sociale est défaillante. Sans oublier les cancers pédiatriques, qui restent une préoccupation.

Voilà quelques-uns des défis du cancer, et de la Ligue.

 

Quelles sont les pistes les plus prometteuses en matière de recherche ?

Je vais rappeler les trois grandes phases de la progression de la thérapie cancéreuse. La première, il y a quelques décennies, grâce aux essais contrôlés, à l'EBM, a consisté en une amélioration croissante de l'utilisation de la radiothérapie, la chirurgie et la chimiothérapie. Dans le domaine du cancer du testicule ou de la maladie de Hodgkin, notamment, de beaux progrès ont été réalisés.

Deuxième phase : la thérapie ciblée du cancer. On a pu, enfin, utiliser les progrès faits dans la caractérisation des cibles de la cancerisation et de la progression cancéreuse, notamment les oncogènes, en développant des molécules chimiques ou des anticorps. Le traitement de la leucémie myéloïde chronique par l'imatinib mesylate est un exemple emblématique. Cette maladie autrefois fatale en 4 ans à partir du diagnostic est aujourd'hui, en règle générale, maintenue en rémission complète par la prise d'un comprimé à des doses de plus en plus faibles.

Nous sommes à la troisième phase...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…