Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Pour éviter le burn-out, les jeunes généralistes repensent leurs conditions de travail

Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire
Le corps médical n'est pas à l'abri du syndrome d'épuisement professionnel, bien au contraire. Sensibilisée au sujet, la nouvelle génération de médecins tente de se démarquer des précédentes.

 

C'est l'éternelle histoire du cordonnier qui est le plus mal chaussé. Alors que les médecins généralistes accueillent de plus en plus de patient·es souffrant d'épuisement professionnel (ou burn-out), ce mal les atteint deux à trois fois plus fréquemment que le reste de la population, selon des enquêtes de grande ampleur menées en France.

"Plusieurs statistiques illustrent ce mal-être. Il y a un taux d'alcoolisme particulièrement élevé dans la profession, une consommation d'antidépresseurs supérieure à la moyenne et un taux de suicide lui aussi plus élevé", indique Didier Truchot, professeur de psychologie sociale à l'université de Franche-Comté, qui a étudié le burn-out chez les médecins.

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…